mercredi 4 septembre 2013

« […] voyant le cannibalisme de tous ces petits appétits se ruant à la mangeaille comme une meute à la curée, avec la bousculade, l'égoïsme, la grossièreté même de leurs instincts primitifs. […] » Octave Uzanne, Le Miroir du Monde, 1888.





Rappel de l'encadré en mode texte pour indexation internet : « […] Et quand, aux heures tardives, toutes ces bêtes humaines - enveloppées par les convenances, empapillottées dans l'élégance et la correction - sont lâchées, affamées, au buffet qui s'ouvre, ne jouissons-nous pas de l'admirable avantage de la civilisation en voyant le cannibalisme de tous ces petits appétits se ruant à la mangeaille comme une meute à la curée, avec la bousculade, l'égoïsme, la grossièreté même de leurs instincts primitifs. […] » Octave Uzanne, extrait de Le Miroir du Monde, Le Monde et la Société, Paris, A. Quantin, 1888.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...