jeudi 15 octobre 2020

« Les forces du mal », article par Octave Uzanne. Publié dans la Dépêche du Dimanche 11 mai 1919.

 LES FORCES DU MAL



1916 - 1917 ? Quelque part dans l'Aisne (proche d'Oulches). Photographie d'illustration. Coll. priv.


Que de fois, aux heures pacifiques de naguère, alors que les scandales nous révélaient certaines défaillances regrettables de nos mœurs sociales, d'empathiques imbéciles ne nous ont pas déclaré qu'une guerre était nécessaire à cette fin de purger le monde et de relever la moralité publique.

Ce fut longtemps un dogme infaillible que celui de la guerre rédemptrice et purificatrice, un dogme cher à tous les Joseph Prud'hommes, réformateurs d'humanité par la manière forte des larges sacrifices d'existences jeunes et ardentes. Il est vrai d'ajouter que des esprits élevés, fiers et souverainement philosophiques ont soutenu et accentué cette image de Bellon salvatrice des peuples trop heureux. Je ne crois pas qu'il soit désormais fort utile d'insister sur l'absurdité de ces principes d'une vieille école, dont les maîtres n'auront plus de disciples, espérons-le du moins, dans les générations nouvelles.

Parmi ceux qui s'efforcent de dégager les leçons morales de la guerre, plusieurs estiment à bon droit qu'à la lumière des faits sanglants qui se sont déroulés sous nos yeux, nombre de conventions se sont effondrées comme s'affaisse un décor sous la flamme de l'incendie ; ils se demandent si la morale ne serait pas parmi ces conventions dont les événements tragiques de ce temps nous ont permis d'apercevoir le néant. Beaucoup d'entre nous se posent cette question sans oser la résoudre : "La faillite de la morale est-elle une des conséquences de la furie sanglante déchaînée sur le monde ?"

Il ne faut pas redouter la réponse affirmative. La guerre mondiale qui fut l'apothéose de la force affranchie de toute règle semble bien avoir été la négation de cette morale qui, à certains regards réalistes, n'est qu'un artifice social qui nous fait illusion les uns aux autres, qu'il est de bon ton de respecter, mais qui ne résiste pas à l'assaut des instincts, des passions ou des appétits entre lesquels seule la force décide.

*

* *

Comme tous les cataclysmes profondément perturbateurs exerçant une action exceptionnelle sur l'océan humain, la guerre produit comme une vague géante qui s'élève soudain aux altitudes les plus stupéfiantes de l'héroïsme, du renoncement à l'égoïsme individuel, et qui porte le combattant au sacrifice absolu de son être. Mais cette houle tombe vite, s'affaisse, se répand en nappe dévastatrice, submerge les digues, déferle au-delà des rives fécondes et déchaîne à sa suite toutes les forces du mal.

Comme tous les fléaux humains, celui-ci est générateur de corruption, aggravateur d'immoralité publique et privée. La détente même qui succède à la tempête produit un relâchement général des mœurs, en raison du fougueux retour naturel vers tous les plaisirs de vivre intensément et sans mesure, selon la loi normale des reflexes et des contrastes ici-bas.

Les événements actuels nous révèlent partout la puissante nocivité de ces forces du mal qui se sont attardées en Russie, règnent aujourd'hui en Allemagne et s'infiltrent déjà traitreusement parmi les nations alliées victorieuses, mais encore insuffisamment armées pour se protéger contre la subtilité d'aussi délétères essences perturbatrices. Même au sein de la Conférence de la paix, on perçoit la présence de leurs maléfices ; ce sont ces forces démoralisatrices qui semblent aveugler l'intransigeance de certains apôtres attitrés de l'idéalisme qui en arrivent à perdre le sens de la valeur des poids, des mesures et même celle des réparations indispensables à accorder aux nations qui ont le plus terriblement souffert dans leur sol envahi et la perte des enfants de leur race. Ces forces du mal affirment leur présence dans ces sortes de lits de justice internationale que tient la Conférence et où, comme il est de règle, hélas ! ici-bas, ce sont les plus mauvais coucheurs qui obtiennent gain de cause et les plus modérés et généreux qui sont sacrifiés aux intérêts hautains et exigeants. Ne rencontrons-nous pas encore ces forces du mal dans notre vie économique livrée à la fringale de gains et aux surenchères de tous les mercanti profiteurs de guerre ?

*

* *

Notre consolation et notre revanche à tant de malversations et de sabotages de l'idée que nous concevons de la morale, c'est que si les puissances du mal règnent en maîtresses un peu partout jusqu'à noircir notre horizon social, elles en consacrent pas fort heureusement l'abominable défi à toute raison et équité du genre humain qu'eût été le triomphe de l'impérialisme mystique de l'insatiable Bochie, dont la victoire aurait été la condamnation du droit et l'extinction de tout foyer d'idéalisme au cœur des peuples contemporains.

Les échos véridiques nous révélant la pourriture morale qui ravage actuellement toutes les grandes cités des Empires du Centre, la progression de la misère, du crime, de la brutalité, des instincts qui s'accentue dans les principales villes de la Bochie transformée en croupissant bourbier de vices immondes, - (qui vont jusqu'à faire réclamer la liberté du troisième sexe), toute la folie des jeux, des tripots, des prostitutions et du sadisme germanique, nous font espérer que les forces du mal épuiseront principalement leur vigueur sur la satanique nation coupable d'avoir semé le cyclone et provoqué le plus affreux bouleversement mondial que l'histoire ait jamais enregistré.

On a tant parlé de l'immanente justice qu'il ne faut pas encore désespérer tout à fait de sa venue en certains points du monde. La bancale déesse aux balances n'a fait que trop de faux pas apparents par ailleurs. Il devient indispensable de consolider sa religion, qui reste la sauvegarde de notre illusion la plus perdurante, celle qui est inscrite dans l'Evangile du vrai, du beau, du bien, et qui est la base du code de l'honnêteté publique.


OCTAVE UZANNE

in La Dépêche, Journal de la Démocratie

Publié le Dimanche 11 mai 1919

mardi 13 octobre 2020

Ce [mardi] 3 mars 1926. Carte-lettre à Renée Dunan. "Un travail urgent à terminer avant le soir me tiendra à la casa "gens de lettres, gens de peine" disait Balzac. [...]".

 

Collection Bertrand Hugonnard-Roche, octobre 2020


[imprimé en bleu en haut à gauche : SAINT-CLOUD-MONTRETOUT (S. & O.) // 62, BOULEVARD DE VERSAILLES // TEL. SAINT-CLOUD : 6.07].

Ce [mardi] 3 mars 1926

Demain, mercredi, je suis la proie de l'imprévu, qui, trop souvent, nous tient en échec, en dépit de nos projets et vouloir. Un travail urgent à terminer avant le soir me tiendra à la casa "gens de lettres, gens de peine" disait Balzac.

J'ai dois donc, à mon regret, différer de huit jours notre rencontre chez vous, madame [Renée Dunan].

Ce serait, si vous le voulez bien, pour le mercredi 11 courant [mars], vers 2h à 2h 1/4.

Je vous apporterais un de mes derniers venus consacré à Pietro Longhi, peintre de mœurs vénitiennes et expressions carnavalesques du 18e siècle. Rien ne pourra, je pense, vous être d'un plus familier agrément, puisque vous préparez un roman sur le 18e vénitien.

Avec notre guide illustré, dont m'avez écrit, les illustrations de Longhi apporteront leurs figures réalistes dans les Calli et Canali de la cité berceau de "Giacometto", que vous devez connaître de visu, je suppose.

Obligez-moi de me situer le 86 de votre Boulevard Arouet [Boulevard Voltaire] (*), par rapport au métro "République Nation, en parallèle. Le bus, place Maillot Neuilly Voltaire passe-t-il à votre porte ? Cela m'agréerait, car mon tram St Cloud Maillot, part de la mienne du Bd Versailles et j'aurais ainsi le "Trajetto ideale".

Croyez, Madame, à mes sentiments les meilleurs.

Octave Uzanne

(*) L'adresse du 86 Boulevard Voltaire est celle de Renée Dunan (1892-1936). Cette lettre prouve qu'Octave Uzanne n'était encore jamais allé chez elle à cette date du 3 mars 1926. Nous avions déjà archivé une lettre d'Octave Uzanne à Renée Dunan datant du 20 mars 1925 (soit un an auparavant). Voir ICI.

Carte 140 x 105 mm.

Ce vendredi 13 mars 1925. Carte-lettre à un correspondant inconnu. "on est d'accord, je crois, pour cultiver des affinités électives à tâtons, dans la pénombre, et sans s'affronter, sauf un coup de dés du hasard [...]"

Collection Bertrand Hugonnard-Roche - Octobre 2020

[imprimé en noir en haut à gauche : 62, Boulevard de Versailles // Saint-Cloud (S. & O.) // Tél. St-Cloud 6.07].

Ce 13. Vendredi. III 25 [13 mars 1925].

En schématique "curriculum vitae" dans la voie de la révolte, des dégoûts et de la libre allure envers et surtout, contre tous, c'est parfait. Cela vous situe au mieux.

La 100 HP. Cadillac n'est pas urgente, pas plus que le Pommery à 80 balles ; il est de plus pures joies à consommer, haro des plaisirs qui s'achètent très chers et ne valent pas deux sous : les meilleurs sont ceux qu'on s'octroie soi-même et dont on a su enrichir la source.

J'attends vos livres. Je vous ai envoyé mon petit Longhi, menue carte vénitienne.

Alors, on est d'accord, je crois, pour cultiver des affinités électives à tâtons, dans la pénombre, et sans s'affronter, sauf un coup de dés du hasard ; un coup de briquet de temps à autre dans le parallèle des chemins obscurs pour s'entrevoir en éclair dans un rais psychologique, et foin des visites, des bavardages, des étalages de personnalités, des chichis de la causerie quand on essuie les plâtres d'une pénétration psychique entre inconnus de la veille.

Sympathies initiales.

Octave

[imprimé en noir en bas à droite : OCTAVE UZANNE].

Carte 105 x 70 mm

lundi 29 juin 2020

Une très belle épreuve non terminée de la carte de vœux par Albert Robida pour Octave Uzanne pour le premier de l'an de l'année 1893.

Très rare épreuve non terminée (avec variantes) de la carte de vœux
pour le premier de l'an 1893
pour Octave Uzanne par Albert Robida


Le hasard (ou presque) a mis sur mon chemin cette très belle épreuve non terminée de l'eau-forte et pointe sèche réalisée par Albert Robida pour la carte de vœux d'Octave Uzanne pour le nouvel an de l'année 1893. Cette carte de vœux était non seulement offerte par Octave Uzanne à l'occasion des voeux de début d'année mais dans ce cas précis, cette carte était offerte aux abonnés de la revue L'Art et l'Idée publiée en 12 livraisons de janvier à décembre 1892 (cette carte était offerte avec la douzième et dernière livraison de luxe de décembre 1892). Nous avons ici sous les yeux un intéressant état non terminé, morsure intermédiaire, épreuve d'essai tirée sur un beau papier Japon feutre sur une feuille de format 39,5 x 24 cm repliée en deux (24,5 x 20 cm). Si on distingue nettement l’encrier, la plume, ainsi que la signature de Robida dans le cuivre en bas à droite, il est plus difficile de distinguer la muse inspiratrice qui sort de l'encrier (ici à peine marquée à la pointe).


Épreuve non terminée. Cuivre 137 x 113 mm.


A titre de comparaison entre cette épreuve non terminée et l'épreuve définitive, nous donnons également une reproduction de cette dernière. Et là, on s'aperçoit qu'il y a de fortes différences entre cette épreuve d'essai et l'état définitif retenu par Octave Uzanne. On voir nettement qu'à l'arrière-plan les étagères de livres ont été remplacées dans l'état définitif par des châteaux et monuments (en réalité on distingue encore les livres et les étagères, mais à peine). De même, dans l'épreuve non terminée on distingue comme un petit lézard ou diablotin dont on distingue seulement une patte arrière, un morceau du corps et une longue queue qui remonte vers les étagères de livres. Dans l'épreuve définitive ce petit monstre est toujours là, mais très peu visible, presque caché sous de nouveaux coups de burin. Pour finir disons que l'état définitif de cette carte a été tiré sur un papier vélin fort de couleur crème.

Bonne journée,
Bertrand

Épreuve définitive tirée sur papier vélin fort crème
par Albert Robida

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...