dimanche 5 mai 2013

Octave Uzanne recommande le relieur Henri Noulhac à son ami Félicien Rops (1894 ?) " (...) et je m'occuperai de la décoration extérieure"


Coll. B. H.-R.

Voici une précieuse petite carte de visite qu'Octave Uzanne envoie "à son ami Rops" pour lui recommander son relieur fétiche du moment, à savoir Henri Noulhac (1866-1931) (*). Félicien Rops souhaite visiblement faire relier un exemplaire du Zadig qu'il illustra (**). La relation bibliophilique ainsi dévoilée entre un Uzanne entremetteur et directeur artistique de la décoration d'une reliure d'art et un Félicien Rops demandeur est intéressante à plus d'un titre. Cette reliure a-t-elle seulement jamais abouti ? Difficile de le savoir. Cette petite carte qui n'est pas datée doit avoir été écrite entre 1894 et 1898 si l'on s'en tient à l’installation de Noulhac en 1894 et le décès de Rops en 1898. Cette lettre a été découverte parmi un lot de lettres adressées par Uzanne au relieur Noulhac dont les dates s'échelonnent entre le 13 janvier 1896 et le 24 mars 1900. L'adresse de Félicien Rops est intéressante : il loue un appartement (4) Rue du Marché des Blancs-Manteaux peu avant le mois de mai 1893. Uzanne écrit au 2 Rue du Marché des Blancs-Manteaux. Erreur qui peut s'expliquer si Rops vient juste d'emménager et qu'Uzanne ne connait pas encore bien son adresse. Ceci laisserait supposer que cette petite carte aurait été envoyée à Rops peu de temps après le mois de mai 1893.

Coll. B. H.-R.
[Octave Uzanne] envoie à son ami Rops le relieur dont // il lui a parlé pour le "Zadig". // M. Noulhac lui fera une reliure pleine // moyennant 40 ou 45 frs et je m'occuperai // de la décoration extérieure [17, Quai Voltaire] // [M. Félicien Rops // 2 Rue du Marché des // Blancs-Manteaux


(*) Henri Noulhac, né à Châteauroux en 1866. Il fut apprenti puis ouvrier relieur dans cette ville avant de venir à Paris en 1890 où, pendant quatre ans, il travailla dans différents ateliers. En 1894, il s'établit à son compte au 10 rue de Buci, puis quelques années plus tard, 6 rue du Pont-de-Lodi et enfin 37 rue Mazarine. Henri Beraldi l'encouragea à ses débuts en lui confiant des travaux à exécuter en janséniste car il n'était ni dessinateur ni doreur, mais un relieur consciencieux cherchant toujours à se perfectionner. Bientôt, il monta un atelier de dorure et s'adjoignit un ouvrier de cette spécialité. Il se lança alors dans la reliure décorée, faisant d'abord des copies, surtout de l'époque romantique, puis des décors modernes dessinés par des spécialistes, tels Giraldon et Chadel, puis plus tard par sa propre fille, élève de Giraldon. Il travailla pour de nombreux amateurs qu'il contribua à former avant qu'ils ne deviennent professionnels tels Rose Adler et Madeleine Gras. Henri Noulhac exerça jusqu'à sa mort, à l'âge de soixante-cinq ans, le 22 mars 1931. Ce fut un artisan probe, d'une perfection et d'une sûreté de main remarquables ayant au plus haut point conscience de son métier. (Julien Fléty, Dictionnaire des relieurs français ayant exercé de 1800 à nos jours, p. 136).

(**) Félicien Rops (1833-1898) illustre, avec quelques autres artistes, le Zadig de Voltaire pour les Amis des Livres, en 1893. "Publication fort cotée, où le sensualisme de F. Rops éclate dans les planches qui glorifient le corps féminin" (Revue Voltaire n°3 - 2003 - n° 29 du catalogue). Rops ne donne finalement que quatre dessins pour ce livre qui en compte 29 et qui n'a été imprimé qu'à 115 exemplaires pour les sociétaires.

Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...