mardi 13 novembre 2012

Lettre de J.-K. Huysmans à Octave Uzanne (12 novembre 1886). A propos de l'édition de nouveaux livres.


J.-K. Huysmans vers 1900-1905

12 9bre 86 [12 novembre 1886] (1)

Mon cher ami,
J'ai vu, revenu de ses 28 jours, mon guerrier (2) auquel j'ai soumis notre affaire.
Il répond ceci : si vous avez un roman prêt et que je le puisse faire paraître après janvier, je vous laisse toute liberté ; autrement, non, c'est moi qui ferai paraître votre nouvelle, dans mon format du Dilemme.
Notre combinaison est donc à plat, car je n'ai malheureusement pas de volume à lui livrer à l'heure qu'il est.
Je voulais vous dire cela et en causer avec vous, mais je vous sais si occupé que je n'ai pas voulu vous déranger sur les 5 heures, en montant, au sortir de mon bureau, chez vous (3).
Enfin ! que le diable patafiole les traités et les éditeurs à cheval sur des droits !
Je vous envoie, mon cher Uzanne une bonne poignée de main.
A bientôt n'est-ce pas, et bien à vous.

J.-K. Huÿsmans (4)

Brunetière a, dans un article de la Revue des 2 mondes traité Baudelaire "d'obscène maniaque". (Voir le dernier numéro). C'est tout de même un peu fort !


(1) 2 pages in-12. Lettre conservée dans le fonds Carlton Lake (manuscrits français 286.21) du Harry Ransom Humanities Research Center (Austin, Texas, U.S.). Étonnamment nous trouvons cette lettre mentionnée comme faisant partie du fonds Lambert, Ms. Lambert 53, à la bibliothèque de l'Arsenal en France. C'est pourtant bien auprès du Harry Ransom Humanities Research Center à Austin au Texas (USA) que nous en avons obtenu copie (??).
(2) Nous n'avons pas encore réussi à identifier le "guerrier" dont il est question ici. C'est évidemment un éditeur, mais lequel ? Uzanne semble lié à cette "affaire" éditoriale, mais dans quelle mesure ?
(3) En 1886 Uzanne s'affaire entre le 17 quai Voltaire (son adresse) et le 7 rue St-Benoît chez Albert Quantin où il dirige la publication de sa revue Le Livre qui absorbe presque tout son temps.
(4) Huÿsmans a 38 ans en 1886. Il a déjà publié : Le Drageoir aux épices (recueil de prose poétique, 1874). Marthe, histoire d’une fille (roman, 1876). Les Sœurs Vatard (roman, 1879). Sac au dos (nouvelle parue dans Les Soirées de Médan, 1880). Croquis parisiens (poèmes en prose, 1880). En ménage (roman, 1881). À vau-l’eau, nouvelle, éditions Henry Kistemaeckers, Bruxelles, 1882. L’Art moderne (critique d’art, 1883). À rebours (roman, 1884). En 1887 paraîtront En rade et la nouvelle Un Dilemme.


Octave Uzanne et J.-K. Huysmans furent très proches. Comme le souligne Fathi Ghlamallah dans l'avant-propos de son édition de quelques textes d'Octave Uzanne sur J.-K. Huysmans repris de la presse ancienne : "En réalité, l'amitié entre les deux littérateurs n'a pu s'établir qu'à la suite de la parution de A rebours, en 1884. Jusque là, dans Le Livre, la revue qu'il dirigeait en chef depuis 1880, Uzanne ne ménageait guère son confrère, réservant à ses publications un accueil bourru où, après les mises en garde, les algarades n'étaient pas mesurées. (...)" Huysmans avait alors eu le tort selon Uzanne de se ranger sous la bannière des naturalistes emmenés par Zola. Nous renvoyons pour plus de détails sur les relations Uzanne-Huysmans à cet opuscule devenu rare car imprimé à seulement 126 exemplaires (Editions A l'Ecart, 2000, 1 plaquette in-8, 33 pages).

Nous reviendrons bientôt sur les échanges de courriers entre Octave Uzanne et Joris Karl Huysmans.

Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...