samedi 31 août 2013

« Uzannophiles » : néologisme narcissique, par Octave Uzanne lui-même et imprimé à l'occasion de la publication des Annales administratives des Bibliophiles contemporains (1er décembre 1894) : « Aux Bibliophiles contemporains je donne donc volontiers un adieu, aux Uzannophiles je ne consens à dire qu'un cordial : au revoir ! »


L'acquisition récente des Annales administratives (*) des Bibliophiles contemporains, Académie des Beaux-Livres, cinquième et dernière année, 1894 (achevé d'imprimer sur les presses de Victor Darantière imprimeur à Dijon pour le Bibliophiles contemporains le 30 novembre 1894), vient compléter les informations dont nous disposions jusqu'alors sur la société des Bibliophiles contemporains et notamment sur ses dernières heures d'existence légale.
La dissolution de cette société fondée à la fin de l'année 1889, comme nous l'avons déjà indiqué dans plusieurs articles publiés dans ce blog, a été demandée par Octave Uzanne, Président fondateur, dès le mois d'octobre 1894. Il n'existe pas d'Annales littéraires pour cette dernière année d'exercice (les Annales littéraires étant, aux dires du Président fondateur, fort coûteuses à imprimer, demandant beaucoup de temps et d'énergie, pour une motivation de la part des membres qui ne semblait finalement pas au rendez-vous).
Octave Uzanne donne en deux pages placées en tête de ces Annales administratives un avis "Après Dissolution P.P.C (Pour Prendre Congé)", adressé à ses "chers collègues". Le voici reproduit en intégralité.


APRES DISSOLUTION
P. P. C.
_______


Mes chers collègues,

La dissolution que je réclamais de vous dans une circulaire, datée du 10 octobre, a été votée à une très grande majorité le soir de notre Assemblée générale du 10 novembre dernier.
Une commission de liquidation a été nommée, conformément à nos statuts ; il lui appartient aujourd'hui de statuer sur toutes les questions accessoires qui sont les conséquences de notre dissolution et le président de cette commission se trouve chargé de vous rendre compte par la suite de ses décisions.
Il demeure entendu que mon rôle dorénavant se bornera au soin d'établir pour tous les sociétaires actuels une ou plusieurs publications dont je pourrai vous exposer le sujet et l'ordonnance décorative d'ici quelques mois environ, lorsque ces livres seront en voie d'exécution.
Ces publications qui, je l'espère, ne seront pas inférieures aux précédentes, vous seront adressées gratuitement dès leur achèvement, soit fin 1895 sinon au début de 1896.
Notre association ne cessera de fait qu'à dater du jour même où, ces envois vous étant faits, ma tâche sera enfin définitivement terminée. - Vous trouverez dans le procès-verbal de notre assemblée générale, rédigé par notre secrétaire Alfred Piat, tous les renseignements complémentaires qui vous pourraient intéresser.
Il me reste, mes chers confrères, à remercier bien sincèrement tous ceux d'entre vous qui, ayant apprécié les soucis et les charges qui m'incombaient depuis cinq années environ, ont bien voulu m'adresser, avec leurs regrets pour la résolution prise, leurs affectueuses sympathies et leur espoir de nous rencontrer de nouveau dans l'avenir.
N'ayant point entrevu la sérieuse possibilité de voir prospérer notre Académie des Beaux Livres en d'autres mains expertes, après la retraite voulue et depuis longtemps préparée de son fondateur, je suis reconnaissant à l'énorme majorité des sociétaires qui ont compris la raison et les nécessités de notre dissolution.
Aux Bibliophiles contemporains je donne donc volontiers un adieu, aux Uzannophiles je ne consens à dire qu'un cordial : au revoir !

O. U.

Paris, 1er décembre 1894.


Uzannophiles ! Le mot est lâché ... et par Octave Uzanne lui-même ! Et il semble bien qu'il soit employé ici pour la première fois. Narcissisme évident à l'occasion d'un départ savamment orchestré, Uzanne érige son nom en école de bibliophilie. Bibliopolis c'est lui ! Les Uzannophiles, ceux qui aiment Octave Uzannesont les citoyens de Bibliopolis.
Nous reviendrons ultérieurement sur le contenu très intéressant de ces Annales administratives pour la cinquième et dernière année d'exercice des Bibliophiles contemporains.
A noter que l'avis d'Octave Uzanne est daté du 1er décembre 1894 tandis que l'achevé d'imprimer indique la date du 30 novembre.

Bertrand Hugonnard-Roche


(*) Annales administratives des Bibliophiles contemporains, Académie des Beaux-Livres. Cinquième et dernière année, 1894. 1 fascicule in-8 (25 x 16,5 cm), XXX-(1) pages. Achevé d'imprimer sur les presses de Victor Darantière imprimeur à Dijon pour les Bibliophiles contemporains ce 30 novembre 1894. Couverture en papier gaufré beige, titre imprimé en rouge. Faux-titre imprimé en noir, titre imprimé en rouge et noir. Le texte est imprimé en noir sur papier vélin mécanique. On y trouve, dans l'ordre : l'avis d'Octave Uzanne "après dissolution" (reproduit ci-dessus), le compte rendu de l'archiviste-trésorier (Jules Brivois) à l'Assemblée générale extraordinaire du 10 novembre 1894, le Procès-Verbal de l'assemblée générale du 10 novembre 1894 (par MM. Piat et Soufflot), la liste des Sociétaires, et une note bibliographique sur les deux derniers ouvrages publiés par la Société des Bibliophiles contemporains (l'Effort et Balades dans Paris).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...