jeudi 3 octobre 2013

Octave Uzanne et la Dépêche de Toulouse. Fragments de correspondance 1907-1910.


Le dépouillement exhaustif du fonds d'archives Y. Christ (Auxerre, Archives départementales) qui regroupe plus de 350 lettres d'Octave Uzanne à son frère Joseph écrites entre 1906 et 1910 pour la plupart, nous a permis d'extraire quelques informations intéressantes relatives à la collaboration de celui-ci avec la Dépêche de Toulouse entre décembre 1907 et août 1910. Cette collaboration régulière qui s'étend de 1899 à 1930 au moins, soit plus de trente années, a fourni plusieurs articles par semaine pendant cette longue période. A la fin de l'année 1909, la Dépêche de Toulouse vit un tournant éditorial (nouvelle mise en page, nouveaux intitulés de chroniques). Uzanne se trouve donc obligé de composer avec ces changements et en fait part à son frère. En 1907 il indique avoir donné 6 articles pour novembre, ce qui semble être son rythme de croisière à cette époque. Dès décembre 1909, ce sont plus d'articles qu'il devra fournir. En avril de la même année, il indique une nouvelle rubrique intitulée "au fil des jours". Ses articles seront signés "un Kodakiste" (en référence aux instantanés Kodak). Ce seront ainsi 3 articles signés du Kodakiste Uzanne qui seront publiés chaque semaine, en plus des 4 à 6 chroniques mensuelles signées de son vrai nom. Le corpus d'articles publiés dans la Dépêche de Toulouse par Octave Uzanne pendant ces trente années est en cours de dépouillement.


Bertrand Hugonnard-Roche


* * *

[...] J’ai fait 6 articles dans la Dépêche de novembre et déjà 4 sont partis pour décembre [...]


St-Raphaël, 18 décembre 1907, 35 Boulevard Félix Martin.


[...] Oblige moi d’envoyer au Père Ducreux mes 5 ou 6 derniers articles de la Dépêche, si tu le peux – [...]



St-Raphaël, Mardi 7 avril 1908, 35 Boulevard Félix Martin.


[...] Toutes mes affaires achevées, tout parti, même un 6e article du mois pour la Dépêche. [...]

St-Raphaël, Dimanche 26 avril 1908, 35 Boulevard Félix Martin.


[...] J’ai demandé des renseignements sur les affaires de la Dépêche à des amis confidentiellement car Huc ne me souffle mot et je crois bien qu’il se mic maque des choses étranges en cette maison, je serai fixé bientôt. [...]



St-Raphaël, Mardi 7 décembre 1909, Hôtel Beau-Rivage.



[...] As-tu lu mon article « En soleillade » Dépêche – ce sont bien mes sensations de ces derniers jours – l’article a paru le 7 mardi. [...]



St-Raphaël, Mercredi 8 décembre 1909.


[...] Pour la Dépêche je pense qu’en principe j’aurai 20 à 25% sur mon versement, mais ces terribles méridionaux sont peu pressés et me font enrager – j’ai eu une correspondance avec Huc si difficile à mettre en volonté d’écrire – il a fini par m’envoyer le reçu en règle que j’ai envoyé à Carton, mais c’est tout. Huc doit être revenu à Toulouse d’où il doit m’écrire. Il n’a rien pu décider encore pour ma collabo nouvelle. Je n’y tiens pas d’ailleurs exclusivement – 3 nouveaux articles de 75 à 90 lignes chacun par semaine, ce serait assujettissant et « vidant » même au prix de 5 à 600 frs de plus par mois – s’il refusait ou n’acceptait pas mes conditions, je n’en serais pas fâché – j’ai de quoi vivre avec mes travaux en cours, le surplus serait pour mettre de côté au prix de beaucoup de fatigue – cela en vaut-il la peine ? alors que j’ai tant de projets littéraires à réaliser et toute mon indépendance à sauvegarder. – « à minimum de besoins, minimum de servitudes » c’est ma devise – je ne veux pas la fausser ou la laisser entamer. Je suis trop heureux de la vie exceptionnelle que j’ai su me créer et j’éviterai tous les pièges d’argent qui me seraient tendus. [...]



St-Raphaël, Dimanche de Pâques, 27 mars 1910, Hôtel Beau-Rivage.


[...] Je n’ai encore aucune réponse de la Dépêche pour ma nouvelle collabo, ça m’énerve, car j’aime être fixé dans la vie – je n’ai reçu qu’une circulaire pour les dates auxquelles envoyer mes 4 articles du mois – (jusqu’ici c’était 5). [...]


St-Raphaël, 1er avril 1910, Hôtel Beau-Rivage.



[...] Huc m’écrit dare dare qu’il accepte pour 500 f par mois supplémentaires mes films de cinéma 3 fois la semaine – en dehors de mes causeries. Me voici donc 16 à 18 articles tous les mois à mener à bien.
J’ai reçu la lettre de Huc hier à midi. Le soir j’avais déjà fait deux des nouveaux articles de 75 à 80 lignes, de façon à être libre pour mes autres travaux. Si je me plie à cette besogne avec ma grande facilité acquise, ce sera bien. Si je sens que ça me fatigue je serai assez sage pour y renoncer. De même si ça m’empêche d’autres travaux. [...]

St-Raphaël, Mardi 5 avril 1910, Hôtel Beau-Rivage.


[...] – je ne me plains donc pas, malgré le labeur, car pour la Dépêche j’ai 4 articles par semaine en ce moment qui suffiraient à ma tâche. [...]



St-Raphaël, Mercredi 6 avril 1910, Hôtel Beau-Rivage.


[...] Je travaille ferme – la Dépêche parait agrandie – tu y verras mes nouveaux articulets intitulés « au fil des jours » et signés un Kodakiste. Le mois dernier j’ai eu 5 articles que tu n’as sans doute pas tous vus – J’aurai 3 au fil des jours par semaine et ma chronique en plus. [...]


St-Raphaël, Jeudi 7 avril 1910, Hôtel Beau-Rivage.


[...] J’écris des lettres depuis ce matin, c’est au moins la 20e. Je vais écrire mon article pour la Dépêche et faire installer une nouvelle bibliothèque dans mon couloir. [...]



St-Cloud, 31 août 1910.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...