jeudi 28 mai 2015

Ordonnance médicale (1907 / 1908) Octave Uzanne énumère les traitements médicaux que son frère doit lui apporter.



Voici un mot écrit par Octave Uzanne à son frère Joseph. Bien que non daté, nous pouvons cependant avancer qu'il doit dater de 1907 ou 1908. Il fait partie des lettres conservées aux Archives Départementales de l'Yonne (Auxerre). Ce mot est extrait d'une lettre plus longue dont nous ne retenons ici que la partie médicale.

[Samedi]

Mon bon chéri,

Veux tu me faire prendre chez Poulenc 122 Bd St Germain [Joseph Uzanne habitait tout à côté au 172, Boulevard St Germain].

1° Nitrate de cuivre fondu : 50 g
2° Nitrate de sesquioxide de fer : 50
3° Sulfate de cuivre : 30 g
4° Sulfate de fer : 30 g
Sesquioxide de cuivre 30 g
Ne pas oublier le savon Lumière fils – Hermophenyl.

Je vais assez bien, toujours un peu de douleurs épigastriques.


      Cette ordonnance nous donne une idée des traitements en cours et des maladies traitées. Un médecin moderne pourra faire le bilan ad hoc.

      Sans être médecin, le savon Lumière Hermophenyl était utilisé dans le traitement local antiseptique d'appoint de la Syphilis. Cela ne fait donc à peu près aucun doute qu'à cette époque (1907 - Octave Uzanne a 56 ans) est infecté par la Syphilis (latente ?). Nous croyons pouvoir dire qu'il traîne cette diablesse vénérienne depuis ses jeunes années (1871 - il a 21 ans), quand il fréquentait assidûment les prostituées. Lui-même ne se cache pas d'avoir attrapé ce mal. Le 14 décembre 1871 il écrit à son ami Emile Rochard : « Le poulain s’est évadé ! J’ai traité ce petit animal d’une façon homéopathique « similia similibus » ; une femme me l’avait donné, je l’ai guéri en coïtant. »
      Nous avons retrouvé une publicité pour l'Hermophényl Lumière. La publicité indique : "possède toutes les propriétés des sels de mercure. Non irritant et peu toxique" (ampoules). La formule existait sous forme d'ampoules ou de savon à 10% d'Hermophényl. Octave Uzanne en usait sous forme de savon donc.
      Le nitrate de cuivre quant à lui était utilisé pour détruire les granulations (??). Le nitrate de sesquioxide de fer était connu sous le nom de "rouge anglais" et semble avoir été utilisé dans le traitement des affections pulmonaires.
      Le sulfate de cuivre, agent antiseptique encore usité aujourd'hui dans quelques préparations (Metacuprol), traitait les affections de la peau et des muqueuses, primitivement bactériennes ou susceptibles de se surinfecter.
      Le sulfate de fer apporte le fer et traitent essentiellement les anémies.
      Nous n'avons pas retrouvé l'usage médical du sesquioxide de cuivre.
      Cette ordonnance n'est qu'un exemple parmi d'autres que l'on peut trouver dans la correspondance entre les deux frères à cette époque. Nous y reviendrons bientôt.



Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...