samedi 29 mars 2014

Lettre de Félicien Rops à Octave Uzanne (14 août 1888)


Voici une première lettre extraite de la base de donnée nouvellement mise en ligne par le Musée Félicien Rops de Namur (Belgique) et dont nous avons rendu compte dernièrement. Cette première lettre a été prise un peu au hasard parmi les quelques lettres qui concernent directement Octave Uzanne et ses relations amicales avec le peintre. D'autres lettres suivront.

Bertrand Hugonnard-Roche



© Photographie Vincent Everarts - http://ropslettres.province.namur.be/


Lettre N°256 de la nomenclature

[1r° : 1]
Mon Cher Vieux
Samedi ou Lundi je serai de retour, & ce ne sera pas trop tôt. Tu sais mieux que moi, la terrible « viduité » des villes de bains pour les avoir pratiquées, ces « stations » comme disent les guides. Je suis donc, n’y tenant plus de l’agacement que me causait cette perpétuelle & irritante douleur de jambe, parti pour Contrexeville. À Contrexeville trouvé Haraucourt flanqué de son représentant. Haraucourt c’est parfait, son représentant c’est trop. Debout, le docteur me conseille d’essayer les eaux pendant huit jours puis de partir pour Bourbonne, la « water-platz » voisine. Contrexeville ne me faisant rien, je quitte Bourbonne le jour où notre vieil ami Pradelle arrivait, ce qui me désolait, Pradelle étant un joyeux vibrant & aimable compagnon de voyage.
Arrivée à Bourbonne : jolie petite ville bien située sur une colline avec sa vieille église romane en tête, un beau parc, des petits chevaux, quelques demi-veuves (c’est le nom qu’on donne ici aux femmes des officiers hospitalisés à l’Établissement militaire,) assez coquettes, un petit théatre, un casino,
[1v° : 2]
deux cocottes payées par l’administration, enfin tout ce qu’il faut pour donner à baigner. Et l’éternelle, l’immuable, l’inéluctable « table d’hôtes » avec le récit « des Douleurs » & des « Souvenirs & Regrets » ! – Sans cette vieille bête de Nature qui vous console, on crèverait ici au bout de six jours. Les eaux excellentes, très chaudes & très fortes, vous donnent par leur violence « la fièvre thermale » avant de vous guérir. J’ai : « un rhumatisme nerveux chronique » & j’en suis à devoir passer pendant deux ou trois ans, une saison soit à Bourbonne, à Bourbon l’Archambaut, à Plombières, ou à Aix. – Voilà : Pas gai ! Ah la Grande Bleue vaudrait mieux ! Mais nous allons y aller vite, & tant pis si elle me fait mal ! Au moins elle, ne m’attaquera pas le moral. Et toi, Vieil Ami ? – Es-tu « désembarsilisé ? » J’ai appris par toi l’arrivée de « Fernand », & je t’ai compris.
À bientôt Mon Cher Octave, nous allons arranger n’importe quoi, puis il faudra que tu viennes aux plages belges un tantinet aussi avec moi !
Je t’envoie ma vieille poignée de main.
Fély


© Photographie Vincent Everarts - http://ropslettres.province.namur.be/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...