mardi 25 mars 2014

Les poésies qui ne figureront pas dans les oeuvres de Théophile Gautier (1873) : Exemplaire Octave Uzanne : "Acquis chez l'éditeur Blanche, rue de L'axens, à Bruxelles, septembre 1873" (vente ARTCURIAL du 16 avril 2014).


Photographie Artcurial 2014

Un exemplaire des Poésies "qui ne figureront pas dans ses œuvres" de Théophile Gautier, provenant de la bibliothèque d'Octave Uzanne refait prochainement son apparition sur le marché des ventes publiques volontaires.
Voici les fiches comparées d'Octave Uzanne et de la maison de vente Artcurial :

[début de la fiche par Octave Uzanne]
N°184. GAUTIER (Théo.). Poésies, qui ne figureront pas dans ses œuvres, précédées d'une autobiographie, ornée d'un portrait singulier. France, Imprimerie particulière, 1873, in-8 de 84 pp., pap. de Holl., titre r. et n., demi-rel. dos et coins de mar. r., fil., tête dor., non rog.

Tiré à 162 exemplaires.
Exemplaire provenant de la bibliothèque de Théophile Gautier, avec son ex-libris, et contenant le portrait en double épreuve sur chine. - Poésies ultra-légères qui sont bien dignes de l'auteur des Lettres à la Présidente. - Gautier Pironise ici avec l'aisance d'un homme qui ne fut pas même académicien - l'Ode à la Colonne... la béatification des chiens, les poésies philosophiques sur les amours dangereuses, tout est d'une galanterie à la fois osé, preste, vigoureuse et ... fugitive.
Depuis 1873, cette édition à 162 exemplaires n'a pas été réimprimée.
Le portrait en pied de Th. Gautier, en chef des "Bouzingots", le feutre sur l'oreille, la chevelure à l'Absalon, le rire provoquant et sardonique est des plus caractéristiques, et il semble insulter à la bégueulerie d'Antan, à la pruderie du bourgeois aux mentons glabres.
[fin de la fiche par Octave Uzanne]

[notice rédigée par Octave Uzanne lui-même pour le catalogue de la vente de ses livres, n°184, Notes pour la bibliographie du XIXe siècle. Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques, revêtus de reliures d'art et de fantaisie, tirés de la bibliothèque d'un écrivain et bibliophile parisien dont le nom n'est pas un mystère [Octave Uzanne] et qui seront livrés aux enchères les vendredi et samedi 2 et 3 mars 1894. Paris, A. Durel.]

Voici la fiche rédigée par la maison de vente aux enchères publiques ARTCURIAL pour la vente du mercredi 16 avril 2014 (120 ans tout juste après la première vente de la bibliothèque d'Octave Uzanne ...) :



Copie d'écran Auction.fr
Artcurial 2014
[début de la fiche Artcurial]
Théophile GAUTIER

Poésies qui ne figureront pas dans ses Œuvres précédées d'une autobiographie, ornées d'un portrait singulier France, Imprimerie particulière, 1873. In-8. Reliure de l'époque. Demi-maroquin rouge à coins, dos à 5 nerfs soulignés de filets à froid, titre doré, tête dorée. (Petite usure au bas de la charnière supérieure.) Edition originale, tirée à 162 exemplaires. Un des 150 exemplaires sur hollande, après 12 chine.

Très rare édition originale clandestine.

Cette édition clandestine tirée à petit nombre et publiée un an après la mort de Théophile Gautier est due à Poulet-Malassis, qui en a rédigé les notes. Sous son nom, il avait déjà publié en 1858 une édition augmentée d'Emaux et camées.

Il a recueilli dans ce volume l'autobiographie de Gautier publiée une première fois en 1867 dans une série de Sommités contemporaines, ainsi que les pièces laissées à l'écart par le poète, groupées sous trois rubriques : Singularités, Galanteries et Bonapartisme.

A côté de poèmes comme Le Godemichet de la gloire , ode particulière à la colonne Vendôme, on y trouve notamment un des plus beaux de tous ses poèmes, Musée secret.

L'ouvrage est orné d'une double planche de musique gravée accompagnant la Complainte sur la mort du capitaine Morpion qui reproduit la musique de son ami Ernest Reyer.

En frontispice figure le portrait-charge de Théophile Gautier dessiné par Benjamin Roubaud, qui montre l'auteur dans sa période Jeune France, goguenard, cambré, à tous crins . Il est ici en deux états, sur chine et sur vélin.

Une note autographe signée d'Octave Uzanne à l'encre rouge indique : Acquis chez l'éditeur Blanche, rue de L'axens, à Bruxelles, septembre 1873.

On a collé sur le contreplat supérieur l'ex-libris gravé de Théophile Gautier : monogramme composé des lettres T. G. A. U. T. I. E. R., sur le fronton d'un portique de style égyptien avec en dessous, deux oiseaux et un serpent. Cet ex-libris a été gravé par Aglaus Bouvenne et imprimé par Beillet.

Second ex-libris monogrammé.
[fin de la fiche Artcurial]

Il ne fait aucun doute qu'il s'agit bien du même exemplaire. Les experts Artcurial n'indiquent pas qu'il s'agit de l'exemplaire de Théophile Gautier comme le précise Octave Uzanne dans sa description. On apprend cependant par la fiche Artcurial qu'Octave Uzanne avait acquis cet exemplaire à Bruxelles, en septembre 1873. Octave Uzanne n'a pas encore débuté sa carrière d'homme de lettres (il n'a encore rien publié). Il a alors 22 ans seulement. On sait par ailleurs qu'il fut un grand admirateur de Théophile Gautier.

Cet exemplaire a été vendu 72 francs à la vente Octave Uzanne en mars 1894. Il est estimé 1.500 / 2.000 euros par la maison de vente Artcurial (16 avril 2014). On trouve des exemplaires brochés ou reliés de cet ouvrage, certes peu commun, chez différents libraires, entre 300 et 400 euros.

Nous donnerons le résultat de cette vente ici prochainement.


Bertrand Hugonnard-Roche

10 commentaires:

  1. peut-être que l'expert n'est pas si convaincu par la présence de l'ex-libris, étant donné que la date d'édition est postérieure à la mort de Gautier. Sachant bien qu'une édition en fin d'année peut facilement être datée de l'année suivante, bien sûr. Mais il est n'est pas très difficile de coller un ex-libris sur un livre, même quelques mois après la mort de la personne concernée.

    RépondreSupprimer
  2. Judicieuse remarque ! Uzanne aurait menti ? Est-ce lui qui aurait mis l'ex libris de Th. Gautier dans l'exemplaire ? Pourquoi ? Je ne vois pas bien Uzanne faire ça mais pourquoi pas. Le volume a pu en effet être imprimé à la fin de 1872. Il faudrait avoir le volume en mains pour en savoir plus ... ou pas.

    B.

    RépondreSupprimer
  3. Uzanne avait 22 ans ; il a pu se laisser abuser par le vendeur (et aussi aveugler par la volonté d'y croire). Enfin, tout est possible, quoi !

    RépondreSupprimer
  4. oui c'est en effet un des travers de nombreux bibliophiles ... se laisser abuser par le vendeur (et aussi aveugler par la volonté d'y croire) :-D

    B.

    RépondreSupprimer
  5. Et un travers d'expert de ne pas indiquer que le tirage à 150 exemplaires fut double... soit 300 exemplaires...

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour l'info Julien. Quelle est ta source. Je connais mal ce recueil, je suis preneur de toute information. As-tu une idée de la date d'impression ? B.

    RépondreSupprimer
  7. Pia, 1151-1152 pour cette édition et 1152-1153 pour sa contrefaçon belge. Selon le même Pia l'auteur des notes et l'éditeur est Poulet-Malassis. La date de 1873 semble exacte. En comparant le frontispice de l'exemplaire d'Artcurial et le(s) mien(s), je note des différences de cadrage probablement liés à l'existence de deux tirages sur Hollande (l'un sur Hollande teinté, l'autre sur Hollande blanc). Pia ne fait que signaler que le portrait est d'une "impression plus vigoureuse" dans les exemplaires sur Hollande teinté. Pas été voir Dutel...

    RépondreSupprimer
  8. Raoul Viergerie29 mars 2014 à 01:11

    L'information d'un tirage à 300 ex pour l' EO n'est pas reprise par Dutel, qui s'est pourtant appuyé entre autres sur Pia. Celui-ci dit-il vraiment explicitement que l'EO a été tirée à 300 ex ? Ou s'agit-il de l’addition des tirages de l' Eo et de sa contrefaçon ?
    (Mon Pia est au fond d'un carton en ce moment))

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,
    Connait on,au final,le prix d'adjudication de cet exemplaire ?
    Bien cordialement.
    Jessica

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...