lundi 25 novembre 2013

Un exemplaire remarquable de reliure sur l'Eventail d'Octave Uzanne (1882). Birdsall & Son à Northampton.



Exemplaire de l'Eventail relié en Angleterre en 1882
par Birdsall & Son à Northampton

Voici un spécimen de reliure remarquable sur un exemplaire de l'Eventail d'Octave Uzanne (achevé d'imprimer le 1er décembre 1881). Ce joli volume illustré publié à l'occasion des étrennes de l'année 1881 a fait l'objet d'un tirage courant sur papier vélin de cuve (papeteries des Vosges) et d'un tirage à 100 exemplaires sur papier du Japon. Il a été tiré une suite des illustrations à part sur Japon et sur vélin pour joindre au tirage de luxe.
L'exemplaire présenté ici fait partie du tirage ordinaire sur papier vélin des Vosges (sans doute tiré à 1.000 ou 1.500 exemplaires sur ce papier). Notre exemplaire, comme nous le verrons dans un billet ultérieur, fait partie du tirage dit "Artiste" par Brunox. Différenciation des exemplaires qui ne manqua pas de faire sourire Octave Uzanne lui-même, comme nous le verrons bientôt également.

Pour le moment, c'est la reliure du présent exemplaire qui fait l'objet de ce billet de présentation. Il s'agit d'une reliure anglaise de l'époque. Elle sort de l'atelier de reliure Birdsall & Son à Northampton. Cet atelier est l'un des plus importants de Grande-Bretagne au XIXe siècle. Il est fondé à la fin du XVIIIe siècle par William Birdsall (1792) et est repris par ses fils Robert et James, puis par Ann, la veuve de James. En 1844 l'atelier de reliure est repris par le petit neveu de William, Anthony Birdsall (1819-1893). C'est à cette époque que l'atelier de reliure prend son essor et devient le premier atelier du pays. Richard (1842-1909) succède à son père. D'importantes réorganisations voient le jour entre 1882 et 1888 (période qui nous intéresse ici). L’entreprise poursuit son activité jusqu'en 1961.

La reliure que nous présentons a donc été réalisée sous la direction de Richard Birdsall, en 1882. Voici la description de cette reliure étonnante. Il s'agit d'un plein vélin turquoise, dos lisse. Les plats sont richement ornés au fer à dorer. Le nom de l'auteur et le titre de l'ouvrage a été doré au centre des plats dans une couronne florale dorée également. Le dos est titré en long du nom de l'auteur et du titre de l'ouvrage, avec en queue et en pied quelques filets dorés, roulettes et fleuron. Il y a une roulette sur les coupes. L'encadrement intérieur des plats et composé d'un jeu de filets et fines roulettes dorées. La doublure des plats ainsi que les gardes sont faits de moire ivoire. A noter une charnière cuir (beige) qui solidifie l'ensemble. Les tranches du volume sont rognées et dorées. Les deux plats de couverture sont conservés en parfait état (seul le dos de la couverture n'a pas été conservé). A noter également, les plats sont épais et biseautés sur les bords comme cela peut se rencontrer parfois. La reliure est signée à l'or dans la marge inférieure de la doublure intérieure. Il est curieux de constater que le volume a été relié à la manière d'un bradel (emboîtage) avec une gorge profonde au niveau de la jonction dos/plats. Les tranchefiles sont des tranchefiles faites main bicolores, rouge et argent. Le dos du corps d'ouvrage n'est pas collé au dos de la reliure. Il semble bien après examen qu'il s'agisse d'un véritable emboîtage à la bradel, avec charnières cuir en renfort intérieur.

Il s'agit de l'unique spécimen de ce genre que nous avons rencontré à ce jour provenant de cette maison de reliure anglaise.
Ce volume confirme combien l'ouvrage d'Uzanne fut apprécié à l'époque en Angleterre, et habillé par les meilleurs relieurs du temps.

Note : la reliure a été vendue pour du veau mais il s'agit bien de vélin teinté en surface puis doré à chaud. La reliure est presque parfaitement conservée, très solide. A noter quelques infimes éraflures et décolorations discrètes.


 Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...