dimanche 24 novembre 2013

« à mon vieux complice, Paul Segond, j'offre ce « miroir du monde » que je tiens à lui voir accepter comme le « Speculum amititiae » Son affectionné, Octave Uzanne » (1888)



Coll. priv.


« à mon vieux complice,
Paul Segond
j'offre ce « miroir du monde » que je tiens à
lui voir accepter comme le « Speculum amititiae »
Son affectionné,
Octave Uzanne »


Envoi autographe d'Octave Uzanne au chirurgien anatomiste Paul Segond (1851-1912) sur un exemplaire du Miroir du Monde (Paris, A. Quantin, 1888).

Paul Segond (1851-1912)
Octave Uzanne ne donne pas le titre de "vieux complice" à n'importe qui. Nous découvrons avec cet envoi autographe probablement une amitié très ancienne entre un homme de lettres et un scientifique renommé.
Paul Segond est né la même année qu'Octave Uzanne, à Paris le 8 mai 1851. Premier au concours de l'externat de 1874, il est reçu interne des Hôpitaux dès l’année suivante. Segond est nommé aide d'anatomie à la faculté de médecine en 1877, et prosecteur l’année suivante. En 1880, il est reçu docteur en médecine et couronné par la Société de chirurgie et l'Académie des sciences pour sa thèse sur les abcès chauds de la prostate et le phlegmon périprostatique. En 1883, il soutient sa thèse sur la cure radicale des hernies et devient professeur agrégé de chirurgie. Reçu la même année, encore une fois premier, au concours de chirurgien des Hôpitaux, il est nommé chef de clinique à l’hôpital de la Salpêtrière. Promu en 1900 chirurgien en chef du même hôpital, il travaille parallèlement à la clinique Baudelocque. En 1905, il succède à Paul Tillaux à la chaire de médecine opératoire de la faculté et, en 1909, à Paul Reclus à celle de clinique chirurgicale, qu’il conserve jusqu’à sa mort en 1912.
Paul Segond est reconnu pour plusieurs de ses travaux, notamment ceux relatifs à la chirurgie des organes uro-génitaux. Il se tourne ensuite vers les opérations gynécologiques et son principal apport dans ce domaine concerne l’hystérectomie par la voie vaginale, voie naturelle par laquelle Segond opère également des carcinomes et des myomes.
Enfin, Segond est un des plus éminents spécialistes du genou au XIXe siècle en France. Reprenant les expériences d’Amédée Bonnet (1820-1858), il publie en 1879 une étude sur « les épanchements sanguins du genou par entorse ». Il observe la fracture par arrachement du bord antérolatéral du plateau tibial qui s’accompagne généralement d’une rupture du ligament croisé antérieur, dont il décrit les autres signes cliniques. Ce traumatisme porte aujourd’hui le nom de « fracture de Segond ». Segond ayant inventé ou perfectionné un très grand nombre de procédés opératoires, parmi lesquels l’« opération de Péan-Segond », il a tout naturellement créé aussi de nombreux instruments, auxquels son nom reste également attaché : aiguille, spatule, tracteur, érigne, pinces ou valve de Segond.

Que savons-nous de la relation entre les deux hommes ? Paul Segond est membre fondateur de la société des Bibliophiles contemporains emmenée par Octave Uzanne en novembre 1889, où il est dénommé professeur à la Faculté de médecine de Paris, 11, quai d'Orsay. Il est toujours membre de cette société en 1894 (cinquième et dernier exercice). Paul Segond bibliophile contemporain assidu donc. Cela ne fait aucun doute.
Paul Segond a-t-il suivi Octave Uzanne dans l'aventure des Bibliophiles indépendants ? Nous ne savons pas.

L'exemplaire du Miroir du Monde dont il est question ci-dessus a été vendu en 2010 à Paris, chez Rossini (maison de ventes aux enchères) où il était estimé 80 - 100 euros. Nous ne connaissons pas le prix d'adjudication et l'exemplaire a été perdu de vue depuis.

On sait par ailleurs que Paul Segond était marié avec la fille de Juliette Adam et qu'il était un des médecins de Tourguénev. L'amitié semble-t-il forte et ancienne qui liait Uzanne au chirurgien date-t-elle du lycée Rollin ? C'est probable. Segond a-t-il soigné Octave Uzanne ? Aucune mention d'une éventuelle prise en charge ne se trouve consignée dans la correspondance des frères Uzanne que nous étudions actuellement (années 1906-1910).

En tous les cas il s'agit d'une « vieille complicité » qu'Uzanne aime à relever. Nous ne possédons aucune correspondance nous permettant d'en savoir plus pour le moment. Encore une fois nous devons nous en remettre au hasard des découvertes futures.


Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...