mercredi 26 juin 2013

Octave Uzanne rédige son testament le 10 septembre 1906 (confirmé le 6 juillet 1910) et institue son frère Joseph unique héritier de ses biens et de ses avoirs et droits.


C'est peut-être le document le plus émouvant qu'il nous a été donné de voir et de lire : le testament rédigé par Octave Uzanne (1851-1931) en faveur de son frère Joseph (1850-1937), institué son unique héritier. Ce précieux document, rédigé de la main d'Octave Uzanne sur papier timbré est-il le testament qui fit foi au jour de son décès quelques vingt-cinq années plus tard le 31 octobre 1931, jour de son décès ? La chose est peut probable, encore qu'il y ait peu de raisons pour que les choses aient changé au cours de ces vingt-cinq dernières années. Ce testament autographe, déposé chez notaire, et dont une copie timbrée se trouve actuellement dans les archives de l'Yonne (Auxerre, Fond Yvan Christ), est de première importance. Tout d'abord il permet de confirmer qu'au cours de l'année 1906 Octave Uzanne vécut une période de santé critique, période durant laquelle (il a seulement 55 ans) un pronostic vital est peut-être engagé ; suffisamment en tout cas pour qu'il ressente le besoin de rédiger son testament à ce moment là. Document d'importance également pour les informations qu'il contient concernant les biens, les avoirs et le compte bancaire d'Octave Uzanne à cette époque. Ce testament est confirmé en juillet 1910 alors qu'Octave Uzanne prend possession de son adresse Clodoaldienne (Saint-Cloud). Voici le texte intégral de ce précieux document que nous avons eu la chance de pouvoir consulter :


[au recto]

Paris ce 10 septembre 1906

Je dis Dix Septembre 1906 –

Par ce présent écrit, je déclare que, sain de corps et d’esprit, je ne connais et reconnais comme seul héritier de mes biens, après ma mort que mon frère bien aimé Joseph Omer Uzanne, domicilié actuellement 172 Boulevard St Germain, à Paris.

En cas de décès, c’est à mon frère Joseph Uzanne que reviendraient toutes les valeurs déposées, soit chez moi, soit à ma maison de crédit industriel et commercial, bureau G. (compte 917) 27 avenue Marceau à Paris. Mon mobilier, ma propriété littéraire, tout ce qui m’appartient ou serait à me revenir deviendrait la propriété de mon frère Joseph.

Pour les legs et souvenirs que je désirerais laisser à des personnes chères, mon frère, avisé de mes volontés par notes spéciales à lui remises, aurait à se conformer à mes désirs qu’il connait d’ailleurs et agirait avec toute la sollicitude et le désintéressement que je lui reconnais.

Octave Uzanne

En mon domicile, à Paris, 5 place de l’Alma.

[au verso]

Ce six juillet 1910 –

Ayant changé de domicile et habitant
62 Boulevard de Versailles à St Cloud (Seine et Oise)
Je contresigne de nouveau pour affirmer la validité de mes volontés, ce testament en faveur de mon frère Joseph.


Octave Uzanne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...