mardi 20 mai 2014

Un envoi autographe qui en dit long : Octave Uzanne à l'anatomo-pathologiste français Charles-Joseph Bouchard (1837-1915)



"au Docteur Ch. Bouchard
en hommage sympathique,
en souvenir reconnaissant,
Octave Uzanne
7 août 92"


Cet envoi se trouve sur un exemplaire broché des Zigzags d'un Curieux d'Octave Uzanne publiés le 15 mai 1888 à Paris chez Albert Quantin imprimeur-éditeur. Il s'agit d'un des 1.000 exemplaires numérotés sur vergé (tirage le plus courant avec 30 papiers Whatman, 30 papiers du Japon et 5 papiers de Chine).

Offert au début du mois d'août 1892 (soit un peu plus de 4 ans après sa sortie en librairie) à un médecin de renom, voici ce que ce volume nous révèle de manière implicite.

Charles-Joseph Bouchard (1837-1915)
Professeur en médecine

Le destinataire tout d'abord, qui était-il ? Charles-Joseph Bouchard est médecin. Il a été diplômé de la faculté de médecine de Lyon (il passe sa thèse en 1869). Il est élu membre de
l'Académie de médecine de Paris en 1886 et membre de l'Académie des sciences en 1887. Médecin des hôpitaux à Bicêtre depuis 1874 il devient titulaire de la chaire de pathologie générale à la faculté de Paris en 1879.

Sur quoi a-t-il travaillé plus particulièrement ? En 1882 il donne un ouvrage intitulé : Maladies par ralentissement de la nutrition. Il travaille également sur les auto-intoxications, il étudie les régimes alimentaires et les troubles digestifs sévères. Il aborde aussi les problèmes des maladies infectieuses et l’antisepsie.

En 1892 Octave Uzanne a 41 ans. Il vient de vivre les 12 années les plus chargées en travail intellectuel de toute son existence, ayant mené à bien l'édition de plusieurs ouvrages de bibliophilie et successivement trois revues : Le Livre (1880-1889), Le Livre Moderne (1890-1891) et L'Art et l'Idée (1892). Ainsi s'achève un cycle de revuiste intense et qui le conduit
progressivement vers un repos obligé mêlé à des envies de voyages lointains. 1892 est également l'année de pleine activité de la Société des Bibliophiles Contemporains qu'il a fondé à la fin de 1889 et qu'il dirige d'une main de fer. 1892 voit ainsi paraître pour cette société les Contes choisis de Guy de Maupassant.
Que signifie ce "souvenir reconnaissant" adressé amicalement par Octave Uzanne au professeur Bouchard ? Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une reconnaissance liée à la médecine. Octave Uzanne a donc été soigné par le professeur Bouchard, mais pour quel mal ?

Le hasard fait que nous avons retrouvé mention du docteur Bouchard dans plusieurs écrits publiés par Octave Uzanne. Le premier est extrait d'un article intitulé Avant les vendanges, le retour du vin, publié dans le Gil Blas du 30 septembre 1909. Il écrit à propos des bienfaits et des méfaits du vin : "La Faculté de médecine doit rigoureusement prescrire le vin après l'avoir proscrit. Je crois être bon prophète en disant qu'elle ne tardera pas à revenir de ses jugements injustifiés et à réhabiliter le produit de nos vignes, le vin de France, en affirmant ses vertus de panacée universelle, en faisant de nouveau chanter efficacement ses louanges, à la façon dont Homère chanta les bienfaits du fameux Népenthès. Déjà, certain docteur, qui est viticulteur au pays du Jurançon, cher à Henri IV, s'est mis à la tête d'un mouvement de réhabilitation du vin. Sa défense est ardente et logique. Elle apparaît sous la forme d'une communication qu'il eut la crânerie de faire à la Faculté de médecine de Paris, et qui mériterait d'être vulgarisée par des tirages innombrables d'exemplaires destinés à une générale distribution à tous nos compatriotes. Il réfute les études de Bouchard sur les échanges nutritifs dans l'arthritisme et la dilatation d'estomac, qui conduisirent tant de médecins à défendre le vin. Il démontre que l'arthritique et le névropathe ne doivent point compter sur l'eau pour les guérir, mais que ceux-ci, en activant leur circulation par un exercice quotidien, en marchant, respirant largement au grand air, doivent mériter le vin et en boire avec modération." Octave Uzanne s'oppose ici aux théories soutenues par Bouchard qui commandent l'interdiction du vin pour se bien porter. La deuxième mention du docteur Bouchard par Uzanne se trouve dans le Sottisier des Moeurs publié en 1911. Elle se trouve au chapitre intitulé Honorons nos appétits, la digestion psychologique. La voici : "Le mécanisme de la digestion est resté encore mystérieux pour nombre de médecins spécialistes, parmi ceux qui ont la sagesse de croire que la science est encore très éloignée d'avoir acquis toutes les certitudes sur les fonctions gastriques - les caprices de l'estomac dépistent souvent les plus autorisés des maîtres ; Potain avouait souvent n'y pouvoir rien comprendre, et Bouchard cherche encore parfois bien en vain à éclaircir les exigences stomachiques qui lui sont révélées par ses malades. Comment admettre, en effet, qu'un dispeptique au dernier degré, incapable de supporter un blanc de poulet ou d'assimiler un litre de lait, puisse désirer, ingérer et tolérer, par une digestion sans douleur, un coriace hareng-saur, sinon un pesant morceau de homard ? Devant de tels faits la science informe, et cependant tous les gastrologistes savent combien ils sont fréquents. Or, il paraît que nous possédions les idées les plus fausses qu'on puisse imaginer sur le processus de la digestion. [...]". La chose nous paraît entendue, Octave Uzanne a consulté Bouchard pour des problèmes digestifs. Problèmes digestifs que le docteur a certainement dû résoudre, tout ou en partie, compte tenu du "souvenir reconnaissant" qu'Uzanne lui offre au travers de ce modeste volume.

Que sait-on d'Octave Uzanne et de son alimentation ? Il écrit à son frère Jospeh en 1909 : "[...] J’adore l’hôtel, j’y suis heureux et si libre, mais je suis devenu si amoureux de sobriété, de vie végétarienne le soir que j’ai trop de tentations de céder à mes appétits gloutons à table et ici la cuisine est trop tentatrice. [...]" Il avoue ses appétits gloutons d'avant 1909 ... En 1888, dans son Miroir du Monde, il s'avoue gastrolâtre ! Tout comme Uzanne se définissait féminolâtre à la même époque.

Uzanne aime les femmes ! Uzanne aime manger ! Uzanne est un épicurien !

Voici ce qu'il écrit à ce sujet en 1888 : "D'après le dictionnaire de l'Académie, le mot Gourmand est synonyme de goulu et de glouton ; mais tous les gastrolâtres protestent contre cette acception ; il leur semble que cette définition n'est pas rigoureusement exacte et que l'on doit réserver les épithètes de glouton et de goulu pour caractériser l'intempérance et l'insatiable avidité. Selon les physiologistes du goût ... et par suite de la goutte, le terme de gourmand mérite de recevoir dans le monde poli une acception beaucoup moins défavorable et aussi beaucoup plus noble. A leur dire, le gourmand n'est pas seulement l'être que la nature a doué d'un excellent estomac et d'un vaste appétit, — tous les hommes robustes et bien constitués étant dans ce cas, — mais c'est bien au contraire celui qui joint à un estomac, parfois même médiocre, le goût éclairé dont le premier principe réside dans un palais singulièrement délicat, mûri par une longue expérience." En mars 1907 il écrit encore à son frère depuis le Cannet : "[...] En résumé, je puis bien me soigner ici, prendre la nourriture qui me convient [...]". Peut-être encore plus flagrant comme aveu de son mal endémique, il écrit à son frère en mars 1909 : "ce n’est pas seulement sa nourriture et son estomac qu’il faut surveiller, c’est sa vie et son travail – il faut s’aérer, marcher quand même, faire manœuvrer ses muscles et se donner tous les soins d’hygiène nécessaire. [...]". On apprend ainsi entre 1907 et 1910 qu'Octave Uzanne de diverses préparations médicamenteuses ou naturelles pour venir à bout de ces maux digestifs récurrents : huile de ricin, boisson de houblon, fruits cuits, lait, quassia amara, huile d'olive, lavements d'huile, huile de foie de morue, etc.

Un chapitre entier pourrait être consacré aux citations de son estomac malade ... Nous ferons ce chapitre.

De quelle manière Bouchard s'y est-il pris pour traiter, dès 1892 (et peut-être même avant cette date) les troubles digestifs d'Octave Uzanne ? Nous ne savons pas. Il est cependant fort probable, si l'on se réfère aux différents traitements prescrits par le docteur Bouchard en pareil cas de dyspepsie chronique, qu'il ait employé l'arme du régime alimentaire. Entre 1890 et 1900 les quelques photographies d'Octave Uzanne dont nous disposons nous montre un homme corpulent, avec un embonpoint marqué. Les régimes qu'il suit à partir de 1906-1907 et ce jusqu'après 1910 lui permettent sans doute de perdre du poids et d'avoir une digestion plus aisée. Uzanne fuit désormais les banquets et autres "repas monstres" qu'il ne manquaient pas auparavant. D'autres ennuis de santé plus sévère encore surviendront dans les années suivantes (1922).

Nous reviendrons prochainement sur les autres médecins qu'Octave Uzanne a consulté dans les premières années du siècle.

Bertrand Hugonnard-Roche

2 commentaires:

  1. Dit-on uzannocondriaque ou hypocondriuzannique ?

    Rires.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense qu'Uzanne aurait validé le premier ;-)

    Merci de me lire

    B.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...