mercredi 21 mai 2014

Les Soupers de Daphné de Meusnier de Querlon, commentés dans Le Livre par Octave Uzanne (10 novembre 1882)


Octave Uzanne sous ses initiales en clair : O. U., commente ainsi la sortie en librairie des Soupers de Daphné par Meusnier de Querlon, avec avant-propos et notes par Olivier de Gourcuff, bibliophile breton (*) :

"Meusnier de Querlon est une des physionomies les plus curieuses du XVIIIe siècle et il est extraordinaire que ce travailleur infatigable, qui est bien le type du véritable homme de lettres, à la fois journaliste, romancier et érudit, n'ait pas tenté la verve d'un de nos chercheurs de ce temps, qui remettent au jour des figures moins intéressantes à tous points de vue. Ce de Querlon toucha un peu à tout avec bonheur, depuis ls Petites Affiches de province jusqu'aux Voyages de Montaigne en Italie, qu'il fut le premier à publier ; il faudrait un gros volume pour camper un tel homme aux yeux de la postérité et nous espérons que ce grand travail de portraitiste, d'analyste et de bibliographe sera entrepris par quelque jeune érudit de ce siècle. M. Olivier de Gourcuff, qui vient de remettre en lumière les Soupers de Daphné, l'espère aussi. Cet ouvrage, composé d'anecdotes grecques, parut à Oxford (Paris) en 1740, in-8°. C'est une satire sur les soupers de Marly ou sur ceux que Daniel Bernard donnait à Passy, composée en trois jours sur des anecdotes ramassées par Moret. Les impostures innocentes et les Soupers de Daphné ont une grande ressemblance ; Barbier, dans ses Anonymes (t. III, n° 17203), explique quelques noms grecs de ce dernier ouvrage qu'on vient de réimprimer. On y voit figurer les dames de Moras ; Mlle de la Touche ; Mme Hérault ; les filles de M. de Sechelles, la présidente Portal ; la princesse de Rohan, la duchesse de Ruffec, Mlle Le Maure, de l'Opéra ; Samuel Bernard, Richelieu, Louis XV et de Boufflers. Nodier donne aussi la clef de plusieurs noms de ces soupers dans ses Mélanges tirés d'une petite bibliothèque. Ce livre, intéressant pour tous ceux qui aiment et connaissent le XVIIIe siècle, était très rare et méritait d'être réimprimé. M. Olivier de Gourcuff a faire preuve de beaucoup de tact et de goût dans sa notice et son avant-propos ; il se montre à la fois très docte bibliographe et très judicieux critique ; le tout avec sobriété, comme il convenait de le faire. L'impression de M. Kistemaeckers est belle, mais les en-tête et culs-de-lampe ne sont pas en harmonie avec le texte ; trop grands et trop lourds, ils l'écrasent affreusement. M. Amand Lynen a composé des dessins qui sont un peu des fantaisies charivariques modernes, mais qui n'ont pas la délicatesse convenable pour ce délicat ragoût du siècle dernier. Il fallait du blond et du vaporeux où il a maladroitement jeté du grossier.

O. U.


(*) Les Soupers de Daphné, suivis de Psaphion ou la Courtisane de Smyrne, et les Dortoirs de Lacédémone, par Meusnier de Querlon, avant-propos et notes, par Olivier de Gourcuff, bibliophile breton. Bruxelles. Kistemaeckers. 1 vol. in-8° - Prix : 7 fr. 50. in Le Livre, livraison du 10 novembre 1882, pp.702-703.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...