lundi 22 décembre 2014

Albert Quantin (1850-1933), Imprimeur-Éditeur pour Octave Uzanne dès 1878.



Albert Quantin (1850-1933) photographié par Pirou (vers 1890)
Imprimeur-Éditeur pour Octave Uzanne dès 1878


      S'il y a bien une personne qui fut déterminante dans la vie d'homme de lettres d'Octave Uzanne, ce fut l'imprimeur-éditeur Albert Quantin. Le premier livre imprimé par A. Quantin pour le compte d'Octave Uzanne paraît en septembre 1878 (Contes de Boufflers). Une longue collaboration de plus de dix années s'ensuivit. La revue bibliographique Le Livre imprimée par Quantin dont Uzanne fut le Rédacteur en chef-Directeur permit à ce dernier de s'imposer dans le monde des lettres. Albert Quantin était tout comme Uzanne un amoureux du beau, un esthète de la chose imprimée. Et même si les archives manquent cruellement aujourd'hui pour pouvoir retracer avec précision les relations qui unirent les deux hommes durant toutes ces années, il est probable qu'une grande complicité s'établit rapidement entre eux. Albert Quantin était bibliophile, pour preuve les exemplaires sur papier du Japon qui lui étaient réservés parmi les titres d'Octave Uzanne (et très probablement tous les autres auteurs qui sortaient de ses presses).
      Une chose intrigue de prime abord chez cet homme, c'est sa jeunesse lorsqu'il prend la direction de la maison Claye rue Saint-Benoît en 1876. Il a tout juste 26 ans. Il n'a guère plus de 36 ans dix ans plus tard en 1886 lorsqu'il cède la direction de l'imprimerie Quantin à MM. May et Motteroz. Il a entre 45 et 50 ans lorsqu'il dirige sa nouvelle revue le Monde Moderne à laquelle participe Octave Uzanne.
      Sa bibliothèque est vendue au début de l'année 1903 (*) (il a 53 ans). A partir de cette date on n'entendra pas ou peu parlé d'Albert Quantin, mis à part en tant qu'auteur de quelques ouvrages personnels.
      Il meurt en juin 1933, à peine deux années après Octave Uzanne, dans l'indifférence générale.
      Nous serons amenés à reparler de ce duo Uzanne-Quantin très prochainement.
      L'article ci-dessous est intéressant notamment par le portrait photographique qu'il livre de l'imprimeur (photographié par Pirou). Sur cette photographie Albert Quantin semble âgé d'une petite quarantaine d'années. Elle aurait donc été prise au début des années 1890. C'est le seul portrait d'Albert Quantin que nous avons pu répertorié à ce jour.


Bertrand Hugonnard-Roche



* *
* *

     
Justificatif de tirage à la main pour un
exemplaire réservé à Albert Quantin
sur Son Altesse La Femme d'Octave Uzanne (1885)
Coll. B. H.-R., 2014
M. Albert Quantin, né à Tours en 1850 (**), après ses études universitaires fit un apprentissage manuel dans la grande maison Mame. Après la guerre, pendant laquelle il fut chargé du service d'impression des dépêches par pigeons voyageurs, il vint à Paris diriger d'abord l'imprimerie Jousset et ensuite la célèbre maison Claye, rue Saint-Benoît. Il succéda à M. Jules Claye en 1876 et, à la rentrée du Parlement à Paris, fut nommé imprimeur de la Chambre des Députés.

      Ses premiers ouvrages d'éditeur figurèrent à l'Exposition universelle de 1878 et lui valurent la médaille d'or. Il obtint le diplôme d'honneur et la croix de chevalier de la Légion d'honneur à l'Exposition d'Amsterdam, en 1883.
      Les éditions d'art de M. Quantin eurent un retentissement considérable. Dans Holbein et la collection des grands maîtres de l'art, La Renaissance en France, les Monuments de l'art antique, tous les procédés graphiques furent employés pour illustrer une typographie magistrale. L'Art japonais fut une révélation. La Bibliothèque de l'Enseignement des Beaux-Arts fut la première vulgarisation artistique de notre époque et obtint un prix Montyon de l'Académie française.
      L’Éventail et l'Ombrelle, par Octave Uzanne, introduisirent dans le texte, au moyen de l'héliogravure, la reproduction directe des compositions des artistes. Dans Gulliver et le Vicaire de Wakefield l'illustration en chromotypographie fit sa première apparition. Les Petits conteurs du XVIIIe siècle, les Petits Chefs-d'Oeuvre antiques, la Dame aux Camélias et nombre d'autres publications resteront comme des types achevés d'ouvrages de haut goût. Les nombreuses créations de M. Quantin, qui ne publia pas moins de cinq cents ouvrages en dix années, furent presque constamment des innovations initiatrices.
      Dans le domaine littéraire, il suffira de citer son édition complète de Victor Hugo (en collaboration avec Hetzel), édition ne varietur qui fixa le texte définitif des œuvres du maître.
      M. Quantin a écrit des ouvrages de technologie typographique, de nombreux articles de critique littéraire et artistique, un délicat volume pour les enfants, l'Histoire de Germaine, etc.
      Après avoir vendu son imprimerie, M. Quantin resta quelque temps éloigné des affaires. En 1895, il fonda le Monde Moderne. Cette revue, dont le succès a été grandissant, introduisit pour la première fois en France le type des grands magazines de l'étranger. Le Monde Moderne, illustré avec une abondance extraordinaire de fines gravures, traite de toutes les questions de littérature, de science et d'art. Tout y est inédit et du meilleur choix. Il donne, en fascicules séparés, des romans inédits qui comptent parmi les meilleures productions littéraires de l'année. C'est par excellence la revue de famille, sérieuse sans pédanterie et d'une forme particulièrement attrayante.


Notice extraite de
Henri Avenel, La Presse française au vingtième siècle : portraits et biographies,
Paris, Ernest Flammarion, 1901


(*) Bibliothèque de M. A*** Q*** 1ère partie. Catalogue de beaux livres anciens et modernes [Texte imprimé] : Paris, Hôtel des commissaires-priseurs, salle 10, 5 janvier 1903, Me Maurice Delestre c.p. - Bibliothèque de M. A*** Q*** 2me partie. Catalogue de beaux livres anciens et modernes [Texte imprimé] : Paris, Hôtel des commissaires-priseurs, salle 10, 26 au 29 janvier 1903, Me Maurice Delestre : c.p. - Bibliothèque de M. A*** Q*** 3me partie. Catalogue de beaux livres anciens et modernes [Texte imprimé] : Paris, Hôtel des commissaires-priseurs, salle 1, 19 au 25 février 1903, Me Maurice Delestre : c.p. Catalogue Bnf, notices FRBNF36556050, FRBNF40021154, FRBNF40021155.
(**) Albert Jérome Marie Quantin est né le 19 janvier 1850 à Bréhémont (Indre-et-Loire), fils de Jérome Quantin, percepteur, 45 ans, et de Laure (Virginie corrigé en marge) Gânier, 36 ans. Etat civil, acte numérisé 6NUM8/038/005. Il meurt âgé de 83 ans, aux Grandes-Ventes (Seine-Maritime), le 17 juin 1933.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...