mardi 30 juillet 2019

Die Pariserin (La Parisienne) par Octave Uzanne (Dresde, vers 1928-1929). Une traduction en allemand qui conserve encore bien des mystères.


Frontispice


Cela fait des années que je voulais vous décrire cet ouvrage. Le temps passe. On passe à autre chose. Il est temps d'y revenir. On sait qu'Octave Uzanne, dès les années 1880, a été traduit en anglais pour le public américain et anglais, plus généralement pour le public anglophone qu'il affectionnait particulièrement. La traduction de ses ouvrages dans la langue de Shakespeare sont certainement dues, comme nous l'avions déjà évoqué dans de précédents billets, premièrement à son réseau de relations anglophones qu'il noue dès ses années d'études an Angleterre (1869-1870). Même s'il n'a alors que 19 ans on sait qu'il côtoie quelques personnalités du monde des lettres outre-Manche. Deuxièmement son travail de directeur de la publication de la revue Le Livre chez l'éditeur-imprimeur Albert Quantin entre 1880 et 1889. Ce travail lui donne l'occasion d'avoir en contact régulier plusieurs personnalités du monde des lettres aux Etats-Unis d'Amérique et en Angleterre. Il trouve alors plusieurs éditeurs et traducteurs pour prendre en charge la traduction et la diffusion de ses propres ouvrages. C'est un fait assez rare à l'époque compte tenu du cercle de notoriété très restreint d'Octave Uzanne. Il ne faut jamais perdre de vue qu'en France ses ouvrages n'étaient guère imprimés à plus de 750 ou 1.000 exemplaires tout au plus. Ce tirage faible ne lui permettant que d'atteindre que les petits cercles bibliophiles et érudits de la capitale, guère plus. Concernant les autres langues européennes (allemand, espagnol, italien, etc), nous n'avons rien trouvé (sauf erreur) avant cet ouvrage publié sans date (vers 1930) intitulé : DIE PARISERIN. La Parisienne. Tout le monde aura compris. Ouvrage publié en langue allemande sous le titre complet suivant :

DIE PARISERIN. Studien zur geschichte der frau der gesellschaft der französichen galanterie und der zeitgennössischen sitten. Mit 350 zum teil farbigen tafeln und textabildungen.

Publié chez : Paul Aretz / verlag / Dresden [Paul Aretz éditeur à Dresde].

On lit au verso du titre : Einzig autorisierte übertragung aus dem französischen von J. Von Oppen.


Page de titre


Ce volume de format grand in-8 (25,5 x 17,5 cm) et de 429 pages est illustré de 350 reproductions de tableaux, gravures, dessins, etc., en noir ou en couleurs. Certaines illustrations sont hors-texte.

Le tirage est sur papier vélin satiné kaolin (papier lourd et brillant - type papier couché). Il existe un tirage numéroté à 500 exemplaires (sur le même papier) mais qui se différencient par une reliure demi-cuir à coins (cuir vert, dos orné, pièce de titre lie de vie), avec plats de papier marbré. Les exemplaires courants sont quant à eux reliés pleine toile bleue, à vrai dire tout aussi jolie.


Premier plat de la reliure demi-cuir réservée aux 500 exemplaires numérotés



Dos de la reliure demi-cuir réservée aux 500 exemplaires numérotés



Reliure pleine toile bleue pour les exemplaires ordinaires


Aucun traducteur n'est indiqué pour ce volume. Aucune date d'édition non plus. Il est simplement indiqué : Printed in Germany au verso du titre.

Quid de ce livre ?

Le problème de la date d'édition pour commencer. Certains libraires cataloguent cet ouvrage sous la date de 1920, d'autres sous la date de 1924 ou 1925. D'autres ne se mouillent pas tant et indiquent "ca 1929" ou d'autres encore 1930. Sachant qu'Octave Uzanne est mort en 1931, la date d'édition a son importance. Nous pensons qu'Octave Uzanne a donné son autorisation pour la publication de cette traduction de La Parisienne. Mais quand ? Ce qui est certain, c'est qu'après avoir feuilleté le volume nous sommes tombé sur une illustration portant la date de 1928 (voir illustrations ci-dessous). Ce volume a donc été publié en 1928 ou un peu après (1929 ou 1930). Nous ne pouvons être plus précis pour le moment.

Il existe un jaquette illustrée par la photo en noir et blanc pour ce livre (femme nue). Nous ne l'avons pas pour notre exemplaire mais nous avons pu la voir (elle doit être rare car elle ne se voit quasiment jamais - fragile donc perdue ou déchirée donc supprimée au fil du temps). Nous en donnons la reproduction ci-dessous. Elle porte en lettres jaunes un titre légèrement différent : Octave Uzanne. Kultur-Und Sittengeschichte der Pariserin vom sweiten kaiserreich bis zur gegenwart [Histoire culturelle et morale de la parisienne du second empire à nos jours]. On ne retrouve pas ces précisions sur la page de titre du volume.


Jaquette illustrée (très rare)


Voici la liste des chapitres contenus dans ce volume :

Die Pariserin gestern und heute

1. Teil: Physiologie der zeitgenössischen Pariserin

I. Die zeitgenössische Pariserin
II. Die moderne Nacktheit
III. Die Toilette in Paris
IV. Das Reich der Mode

2. Teil: Die zeitgenössische Pariserin in Umwelt, Stand und Beruf

V. Geographie der Pariser Frau
VI. Die Pariser Dienstboten
VII. Die Pariser Arbeiterinnen
VIII. Die Händlerinnen und Ladenbesitzerinnen
IX. Ladenfräuleins und Angestellte
X. Die Damen der Verwaltung
XI. Künstlerinnen und Blaustrümpfe
XII. Die Theaterdamen
XIII. Die Sportdamen und Mannweiber
XIV. Die Pariser Bürgersfrau

3. Teil: Die Frau außerhalb der Moralgesetze

XV. Das Dirnentum
XVI. Die mittlere Dirnentum
XVII. Die heimliche Prostitution
XVIII. Die heutigen Phrynes

4. Teil: Psychologie der zeitgenössischen Frau

XIX. Tochter, Frau und Mutter

Ce volume reprend l'édition de 1910 intitulée "Parisiennes de ce temps" (Mercure de France). L'ordre et le nombre des chapitres a été parfaitement respecté. Il faudrait entièrement traduite le texte allemand en français pour voir s'il y a eu des coupes ou des modifications importantes. Si Octave Uzanne était à la manoeuvre derrière cette traduction, nous ne pensons pas.

Ce qui fait la particularité de ce volume ? C'est l'importance de l'illustration (350) et sa variété, mais aussi et surtout sa légèreté assumée par l'éditeur. Nombre des illustrations flirtent en effet avec un érotisme ouvert illustrant à la perfection ce que les allemands pouvaient voir d'érotique et même d'exotique en "La Parisienne" des années 1900-1920. Paris et ses excès érotiques ! Voilà bien ce qui transpire dans ce volume abondamment illustré. Octave Uzanne a-t-il choisi de mettre en avant cette illustration fortement grivoise ? Nous en doutons. L'éditeur allemand s'est-il servi du texte d'Octave Uzanne comme prétexte à publier une quantité impressionnante de "clichés" érotiques "parisiens". C'est ce que nous croyons. D'où l'importance de savoir si Octave Uzanne est à l'origine et collaborateur (de près ou de loin) ou non de cette publication. Pour le moment nous ne savons pas.

En résumé, voici un volume probablement imprimé vers 1929/1930, date qui nous parait la plus probable à la vue de certaines illustrations reproduites dans le volume. Volume qui a probablement été traduit du vivant d'Octave Uzanne avec son accord, mais probablement illustré sans qu'il ait prit part à la sélection des illustrations. Ce volume a clairement été doté d'une illustration légère et racoleuse tendant à prouver par l'image la légèreté de la Parisienne (Française) par extension. L'image allemande de Paris et de la France passant alors inévitablement par l'interprétation érotique de la française moderne. Par ailleurs, qui était ce J. Von Oppen dont il est question ?

Ce volume est aujourd'hui peu goûté des bibliophiles voire négligé, sans doute à cause de la langue allemande qui n'est pas aussi populaire que la langue anglaise. Il vaut néanmoins pour la variété et la quantité et la qualité des œuvres reproduites. C'est à notre connaissance le volume le plus illustré d'un ouvrage d'Octave Uzanne. Sans doute un jour prochain nous trouverons quelques informations complémentaires sur la genèse de cet ouvrage qui reste à ce jour très mystérieuse.

Bertrand Hugonnard-Roche


Quelques illustrations extraites du volume "Die Pariserin"













Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...