mercredi 25 octobre 2017

Petits portraits. Octave Uzanne par Léon Deschamps (La Plume, 15 septembre 1891).


PETITS PORTRAITS
_________________

OCTAVE UZANNE


Léon Deschamps (1863-1899)
Portrait photographique publié dans
La Revue encyclopédique (1900).
L'artiste impeccable ; l'inquiétant sourire personnifiés. Ironie, bienveillance, ou, plus simplement, joie intérieure d'une âme consciente ? Mystère ! Sous d'admirables cheveux noirs bouclés, à travers la plus soyeuse des barbes annelées, une lumière ensorcelante brûlant en dedans, vous attirant, répandue sur ce fin visage, vous captivant lentement, insensiblement, sûrement. Et, phénomène bizarre, ce sourire qui charme et ce verbe qui captive n'ont d'effet sur les médiocres : "c'est un ours", clament les uns ; "l'être insociable !" hurlent les autres : - point, c'est l'homme supérieur vers lequel on doit monter et non la brute qui vous oblige à descendre.
Artiste ! il l'est jusqu'au bout des ongles - sans pour cela cesser d'être homme. Lettré tout autant. Friand de gourmandises littéraires, rares et curieuses. Providence des bibliophiles : sait tout, voit tout, connait tout. A toujours refusé de travailler à l'aune ; un esprit d'artiste Renaissance logé dans une cervelle de contemporain. Ses livres ? des merveilles de style, de grâce, de typographie, d'illustration, de forme et de goût, des œuvres précieuses - si en ces temps de bicyclette, d'hymne russe et de jean-foutres, les princes n'étaient palefreniers, pignoufs et mufles comme tous les autres !
Homme ? Demandez-lui ce qu'il pense du mandarinat ! Raison saine ? Ecoutez-le traiter des questions d'art : "Les uns ont des rayons dans leur atelier ou des compartiments dans leurs coffres à manuscrits ; ils tiennent, bonnetiers soigneux, l'article de vente courante et, avant de savoir, s'ils sont artisans fins, commencent par vouloir être innovateurs ; les autres se regardent le nombril, font des œuvres médiocres et croiraient déchoir s'ils nous ciselaient des boutons de porte qui n'en seraient pas moins des chefs-d'oeuvre - peut-être."
Avec ça, méprise l'argent, les bateleurs et la réclame. Aime son coin, orné de tant d'oeuvres rares : céramique, dessins, livres, vieux bois et vieux cuivres, parce qu'il s'y trouve isolé et libre de travailler à sa guise.
Bref, l'un de ceux auxquels, trois siècles après leur mort, on élève des statues !

Léon DESCHAMPS. (*)


(*) Ce court panégyrique intimiste a été imprimé dans le numéro exceptionnel de La Plume du 15 septembre 1891. Numéro paginé 307 à 328 entièrement consacré à la nouvelle revue fondée et dirigée par Octave Uzanne : Le Livre Moderne. Octave Uzanne est signalé comme Rédacteur en chef de ce Numéro. On y trouve plusieurs textes intéressants dont celui-ci par Léon Deschamps, fondateur de la la revue La Plume. Léon Deschamps mourra subitement à l'âge de 36 ans en décembre 1899.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...