jeudi 25 juillet 2013

Octave Uzanne et l'incendie de la bibliothèque Osborne. Lettre autographe au comte Osborne (27 mars 1890).


La lettre présentée ci-dessous aurait pu rester une lettre adressée à un destinataire demeuré inconnu, comme beaucoup d'autres lettres, tout simplement parce que le contexte s'est perdu. Mais tel n'est pas le cas. Le hasard nous a fait acquérir un exemplaire de la revue Le Livre Moderne (1890-1891). Il s'agit d'un des 15 exemplaires sur papier Whatman avec les épreuves de luxe réservées à ce type d'exemplaire. Or, montée en marge de la page 163 du premier semestre du premier volume (janvier à juin 1890), se trouve une lettre autographe d'Octave Uzanne. La voici :

Paris, le 27 III (mars) 1890. [papier à en-tête du Livre Moderne avec la marque Daphnée d'après Félicien Rops].

Cher monsieur,


Je vous envoie le n° qui vous manque du catalogue n°1.

Je n'ai pu vous répondre plus tôt me trouvant en vagabondage à travers l'Europe.
Veuillez vous adresser à la maison Quantin pour Le Livre (livraison de Xbre 1889) si on ne fait pas droit à votre demande je vous ferai envoyer une livraison de ma collection.
Le Livre est archi épuisé en collection - enfin je vais tâcher de faire réparer votre désastre.


Je pourrai peut-être vous faire rechercher une collection complète du Livre, je vous dirai le prix si j'en découvre - irez-vous jusqu'à 250 ou 300 f ?
Très en hâte, cher monsieur, accablé de besogne, veuillez excuser ma brièveté.
Bien à vous.


Octave Uzanne


A qui cette lettre est-elle adressée ? Il suffit de lire le texte du Livre Moderne aux pages 162 et 163 (là où la lettre a été volontairement collée en marge). De quoi s'agit-il ? Quel est ce "désastre" évoqué par Uzanne ? Voici le texte imprimé :

"Vous avez lu, il y a moins d'un mois, les détails de l'incendie de la très illustre bibliothèque du comte Osborne, secrétaire d'ambassade. Cette bibliothèque, estimée à plus de deux millions et que son propriétaire conservait en son appartement de la rue de Seine, dans l'Hôtel de Valois, a été entièrement incinérée ; le feu n'a rien épargné, ni les manuscrits précieux, ni les incunables, ni les documents uniques sur l'histoire d'Angleterre, l'époque de Cromwell, la restauration des Stuarts et l'histoire d'Espagne et d'Italie. Plusieurs de ces pièces avaient été payées par le comte Osborne, qui était un bibliophile très érudit, plus de quarante mille francs. Aucun des manuscrits, des documents et des cartons renfermant des dessins et des planches des grands maîtres italiens et espagnols n'a pu être sauvé. Les quelques éditions de luxe qui n'ont pas été brulées, jetées et entassées dans la cour, ont été irrémédiablement détériorées par l'eau dont on les a inondées. Comme il était question de ce véritable désastre, l'autre soir, dans une réunion de bouquiniers très renseignés, l'un des assistants nous fit le récit que le comte Osborne aurait eu, quelques nuits avant son désastre, un véritable cauchemar prémonitoire qui l'avait impressionné très fortement à la manière noire. Dans ce rêve fantastique, tout rempli de démons, de sombres diables à mines de pédants, de chats hirsutes et de figures goguenardes, le pauvre bibliophile aurait vu ses livres vendus par lots, dispersés le long des quais, livrés à l'épicier et dilapidés de mille façons terribles et poignantes. [...]"

Ainsi cela ne fait aucun doute, la lettre d'Uzanne évoquant le désastre est adressée au comte Osborne. Elle a été placée à cet endroit, collée en marge, intentionnellement, probablement par Osborne lui-même, à réception de la lettre. La reliure en demi-chagrin ivoire à larges coins est de l'époque et a été probablement commandée par Osborne. Le fait qu'il s'agisse d'un des 15 exemplaires de luxe sur Whatman plaide encore en faveur d'un grand bibliophile.

La lettre d'Uzanne à Osborne est assez froide, sans émotion compte tenu du désastre que venait de vivre le bibliophile. Uzanne propose de lui trouver un exemplaire du Livre pour 250 à 300 f. Le procédé semble peu courtois. La lettre est datée du 27 mars 1890, sans doute quelques jours ou quelques semaines tout au plus après le terrible incendie. Nous n'avons pas retrouvé la date exacte de cet accident.

Nous renvoyons à l'article publié précédemment sur ce blog concernant l'eau-forte d'Albert Robida inspirée par ce terrible évènement : L'incendie de la bibliothèque Osborne inspire Albert Robida (1890) pour la revue Le Livre Moderne fondée et dirigée par Octave Uzanne. http://octave-uzanne-bibliophile.blogspot.fr/2012/12/lincendie-de-la-bibliotheque-osborne.html

Bertrand Hugonnard-Roche

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...