lundi 23 juin 2014

Octave Uzanne antisémite ... "Ceux d'Angleterre plus particulièrement ne songent guère à se préoccuper de Sionisme. Depuis près de trois quarts de siècle, tout sourit à leurs efforts." (1913).



Exemplaire de l'Angleterre Juive, Israël chez John Bull,

par Théo-Doedalus [Octave Uzanne]
Bruxelles, Veuve Ferdinand Larcier,
Paris, Fontemoing et Cie, 1913
Reliure pleine toile de l'éditeur.
Collection Bertrand Hugonnard-Roche
Octave Uzanne antisémite (*) ... peut-être pas farouche antisémite militant mais antisémite au point d'écrire un imposant pamphlet qui paraît à l'été 1913. Nous en avons d'ailleurs déjà parlé ici à plusieurs reprises.

Voici un extrait à verser au dossier. Il ouvre le chapitre VIII intitulé La Société Nouvelle Judéo-Anglaise etc. En quelques lignes on y pose la problématique de l'Etat juif et de Jérusalem. Octave Uzanne écrit :

"Certain juif anglais, parvenu au sommet de ses ambitions, s'écriait un beau soir, vis-à-vis d'un groupe de ses coreligionnaires, au sortir du quatrième Congrès sioniste, à Londres, en août 1901 :
"Pourquoi diable ! l'idée nous pourrait-elle venir de retourner à Jérusalem, si nous pouvons continuer, comme nous avons si bien commencé de le faire jusqu'ici, à façonner l'Angleterre à nos mœurs et coutumes ?"
Cette réflexion, profondément juste dans le cynisme de sa drôlerie, témoigne du peu de succès relatif obtenu en Royaume-Uni par le nouveau mouvement nationaliste juif connu sous le nom de Sionisme. Le Sionisme qui a pour but d'assurer pour l'avenir aux victimes de la persécution antisémite un asile sûr dans un pays définitivement réservé à la régénération d'Israël, qui trouverait son plein développement intellectuel et politique dans un Etat juif, très normalement déterminé en Palestine.
La plupart des israélites établis en Europe et aux Etats-Unis ne se soucient certes point d'avoir une nouvelle patrie ; ils ont trop d'avantages à tirer profit de toutes les patries opulentes de la chrétienneté où ils savent vivre et s'enrichir si plantureusement. Ceux d'Angleterre plus particulièrement ne songent guère à se préoccuper de Sionisme. Depuis près de trois quarts de siècle, tout sourit à leurs efforts. Non seulement ils ont acquis ou acquièrent encore des fortunes considérables, mais aucune classe de la société ne leur étant plus fermée, ils peuvent désormais étaler publiquement leurs vanités, se montrer partout et au premier rang, faire de la piaffe, agiter de la poussière, recevoir l'aristocratie, figurer à la Cour, dans les drawings rooms les plus fastueux, participer à la politique des nations où ils se sont implantés peu à peu de façon insidieuse. - Que pourraient-ils désirer de plus ? - Un Etat juif ne pourrait à tout point de vue leur être qu'infiniment défavorable. Jouisseurs au premier chef, âpres à toutes les curées du plaisir et des honneurs, épris de luxe, de vie fiévreuse et d'hommages publics, ayant le goût immodéré des relations cosmopolites et des constants déplacements pour les villes d'eaux, les plages internationales, les grandes cités soleillées d'hiver, où tous les enrichis des deux mondes se donnent rendez-vous, ils ne trouveraient aucun goût à vivre désormais dans une Jérusalem reconstituée qui, à leurs yeux, ne serait qu'un retour à un Ghetto nationalisé. [...]"

Théo-Doedalus [Octave Uzanne]


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...