jeudi 14 janvier 2016

Lettre autographe d'Octave Uzanne à Renée Dunan (20 mars 1925) "Un sympathique shake hand à celle qui éveilla ma curiosité par une vague omniscience peu accessible à ses consœurs et que j'ai baptisée, en moi et pour moi "Pica de la Mirandolina".



Photo Etude Delvaux, Paris



Ce 20 III 25 [20 mars 1925] (1)

La magicienne "Passionnante" (2) et le prix Lacombyne (3) viennent d'être couchés à l'orée de ma valise de vieux vagabond. Ils vont voyager avec moi "sous le ciel bleu de l'Espagne", comme dit une romance bête à pleurer, et je les lirai Tras los montes (4), n'ayant pu, jusqu'ici, que flirter avec ces textes fort bien imprimés par Paillard et Couloumat, les moins médiocres typographes de ce temps saboteur -
Je vais passer quelques jours à Séville, avant que les Cook's travellers ne la déshonorent de leur sottise encombrante, aux jours de Semaine Sainte - C'est une des cités soleillées où j'aime encore me donner des rendez-vous, comme aux heures de ma jeunesse morte, qui ne valait peut-être pas l'âge heureux de ma sérénité hivernale -
Ce mot vous remercie de cet envoi qui me permettra de vous situer dans le monde où l'on écrit, et de vous faire surgir dans mon esprit, telle que je saurai vous dégager des contextes de vos deux bouquins.
Je crois vain de vous écrire. Vous devez, avec raison, vous soucier comme d'une guigne, de mes éloges ou conseils critiques, et je suis peu enclin aux compliments, qui s'apparentent aux niaiseries des politesses courantes. Dans notre société, "Asini asinos fricant" (5), parce que les prurits vaniteux les poussent à cet étrillage - nous pouvons nous en dispenser -
Un sympathique shake hand à celle qui éveilla ma curiosité par une vague omniscience peu accessible à ses consœurs et que j'ai baptisée, en moi et pour moi "Pica de la Mirandolina" (6) -

Votre macrobite antédiluvien -
Octave Uzanne

Si vous deviez m'écrire -
mes courriers suivent
mes errances - 



P.S. Je reçois votre mot - merci pour Rappel et Lanterne (6) que tâcherai d'avoir en route, sinon vous les demanderai au retour -


(1) Octave Uzanne est âgé de 74 ans. Sa santé n'est plus au beau fixe depuis déjà plusieurs années. Ses voyages se font moins fréquents. On voit par cette lettre qu'il continue néanmoins à parcourir l'Europe dans les villes qu'il affectionne. Cette lettre a été vendue dernièrement (2015) aux enchères publicques dans un lot d'autographes.
(2) Baal ou la magicienne passionnée. La première édition est parue chez Edgar Malfère, en 1924, dans la collection Bibliothèque du Hérisson. La nouvelle "Paramirum" est à l'origine de ce roman. Elle fut entièrement retravaillée, puis complétée par d'autres textes, avant de devenir "Baal ou la magicienne passionnée". Source : http://reneedunan.over-blog.com/2015/05/renee-dunan-baal-ou-la-magicienne-passionnee-apex-1995.html 
(3) "Le Prix Lacombyne", signé Renée Dunan, fut publié par les éditions Mornay en 1924. Il existe en deux versions : une édition "ordinaire", ainsi qu'une édition "luxe" numérotée. Ce roman serait un message envoyé aux membres de l'académie Goncourt qui ne lui ont pas accordé le prix Goncourt en 1922. Plus généralement, Renée Dunan vise les prix littéraires. Renée Dunan évoque son ouvrage, dans La Pensée française du 14 avril 1924 : "Je ne parle pas, toutefois de Mornay, éditeur spirituel et artiste, qui n'aura, sous peu, point honte de lancer à haut prix un Prix Lacombyne, dont je suis l'auteur estimable et dont la préface (d'Académie Française, ma foi !) aura peut-être la chance de justifier, à tout le moins, le choix des parchemins et le principat des vétures." Source : http://reneedunan.over-blog.com/2014/12/renee-dunan-le-prix-lacombyne-mornay-1924-velin-de-rives.html 
(4) Allusion au texte de Théophile Gautier, Voyage en Espagne, sous-titré Tras los montes (derrière les montagnes).
(5) "Asini Asinos fricant" ou encore Asinus asinum fricat (L’âne frotte l’âne, c’est-à-dire : les imbéciles se congratulent ou les ânes se frottent entre eux) est une sentence latine que l'on retrouve dans la littérature (. Octave Uzanne en use pour montrer combien sont vaines ces courbettes d'entre-soi dans le monde des lettres. En résumé, Octave Uzanne n'a pas envie d'user de flatterie envers Renée Dunan qu'il estime sans pour autant bien la connaître comme l'indique le contenu général de cette lettre.
(6) Allusion à Pic de la Mirandole (Giovanni Pico Della Mirandola), savant, philosophe et théologien italien du XVe siècle. Cet homme fut connu pour son érudition immense et déployée dans de nombreux domaines du savoir. C'est un beau compliment adressé à Renée Dunan.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...