vendredi 27 septembre 2019

"à mon excellente amie Mme Antoinette Wallgren en témoignage de haute sympathie d'art" dédicace d'Octave Uzanne (La Cagoule, Visions de Notre Heure, Choses et Gens qui passent, Paris, H. Floury, 1899).



Photo : coll. Bertrand Hugonnard-Roche

Envoi autographe d'Octave Uzanne :

"à mon excellente amie
Mme Antoinette Wallgren
en témoignage de Haute Sympathie d'art
Octave Uzanne"



sur : Visions de Notre Heure. Choses et Gens qui passent. Notations d'art,
de littérature et de vie pittoresque.

Paris, chez le libraire Henry Floury, 1899

1 volume in-8 broché. Tiré à 710 exemplaires.

Celui-ci, un des 650 exemplaires sur vélin teinté.

_________________


Antoinette Wallgren en 1903 (45 ans)


Antoinette Wallgren (1858-1911) était née Antoinette Råström, à Stockholm en Suède. Ses parents étaient graveurs de médailles. On sait peu de choses sur elle. Elle a d'abord étudié la gravure sur bois, puis est devenue sculptrice et décoratrice. Elle a sculpté des plaques de bronze et réalisé des bustes. Elle s'est ensuite tournée vers la décoration extérieure des livres en appliquant des techniques de mosaïque et de cuirs repoussés aux reliures. En 1882 elle avait épousé l'artiste sculpteur Carl Wilhelm ”Ville” Vallgren (1855-1940). 

Octave Uzanne avait découvert son talent de décoratrice de reliures comme l'indique cet extrait :

"Mme Antoinette Wallgren, élève statuaire de son mari, qui jusqu'alors modelait sans but déterminé de délicats bas-reliefs décoratifs sur cire, à peine effleurés de l'ébauchoir et cependant lisibles, s'est avisée, il y a deux ans, d'adapter son talent à l'orne- mentation des livres en obtenant, — sur une matrice en creux reproduisant l'empreinte exacte de son travail, — des cuirs repous- sés qui, après une légère coloration et une intelligente patine lui donnèrent des résultats inspirés. Déjà nous lui devons, pour les récits d'un matelot de Georges Hugo, une décoration marine très fine- ment indiquée; pour Les Yeux clairs, de Camille Mauclair, une plaquette d'un relief déjà plus accusé et d'un art plus subtil; pour le J. Camés d'Arsène Alexandre, une composition sur les arts du feu qui est largement interprétée et d une heureuse disposition, enfin pour la Vie de Notre Seigneur Jésus de James Tissot, Mme Wallgren a presque atteint à la maîtrise et tout nous fait espérer que nous pouvons attendre d'elle des décoration de reliures d'une grande élégance et d'une exécution chaque jour supérieure." (pp. 225-226, O. Uzanne, L'Art dans la décoration extérieure des livres, L.-H. May, Paris, 1898).

Curieusement l'exemplaire offert par Octave Uzanne à Antoinette Wallgren est resté broché, il l'est encore aujourd'hui en 2019, entre nos mains. Antoinette Wallgren n'a pas eu le temps ou n'a pas jugé bon de lui donner une couvrure artistique issue de l'expression de son talent. Octave Uzanne aurait certainement beaucoup apprécié.

Les envois autographes sur les livres d'Octave Uzanne adressés à des femmes, qui plus est à des femmes artistes, sont très rares. Nous n'en connaissons guère qu'un autre à Marguerite Moreno (actrice, épouse de Marcel Schwob) et un autre à Alexandra Laborde (modiste).

Bertrand Bibliomane moderne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...